Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Hinweis: Your session has expired. A new one has started.
Metadaten

Viel-Castel, Horace de; D'Anjou, Louis [Editor]
Statuts de l'ordre du Saint-Esprit au Droit desir ou du Noeud institué à Naples en 1352 par Louis d'Anjou, Premier du nom roi de Jérusalem, de Naples et de Sicile: manuscrit du XIVme siècle conservé au Louvre dans le Musée des Souverains français ; avec une notice sur la peinture des miniatures et la description du Manuscrit — Paris, 1853

DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.14786#0011
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
NOTICE

S TIR

LA PEINTURE DES MANUSCRITS

L'histoire de la peinture, que les travaux de nos érudits contemporains
tendent chaque jour à compléter, offre cependant encore d'importantes
et nombreuses lacunes à combler. Si, jusqu'à présent, cette histoire est
demeurée imparfaite, la faute en doit être attribuée aux historiens, qui
ont négligé de se servir des riches matériaux offerts à eux de toute part.
Ces historiens n'ont voulu reconnaître pour véritables productions des
artistes primitifs, que les grands travaux de la peinture et delà sculpture;
et, comme le temps et les révolutions les ont presque tous fait disparaître,
ils ont dû renoncer à leur entreprise. Les démolitions de la plupart des
couvents et de beaucoup d'églises, le badigeon, si fréquemment employé
depuis le XVIe siècle pour blanchir et nettoyer les plus anciennes basiliques,
ont laissé subsister bien peu de ces peintures murales qu'exécutaient dans
la Gaule, dès le VIe siècle, non-seulement des artistes grecs ou italiens, mais
déjà même, s'il faut en croire Grégoire de Tours et le poète Forlunatus,
des artistes francs1.

De ce que les grands travaux de la peinture décorative des premiers
siècles n'existaient plus, on a trop facilement conclu l'impossibilité de
rattacher, par une chaîne non interrompue, l'art antique à l'art moderne4:
et, parmi les historiens de l'art, ceux qui ont consenti à pousser leurs
recherches vers les temps les plus reculés, n'ont pas cru devoir remonter plus

1. Gregoriiis, ego indignus, basilicas S. Perpetui aduslas incendio ieperi, quas in illo nitore, vel pingi, vel exor-
nari, lit prius Itérant, artificum nostrorum opère, imperavi. (GrEgor. Turon., Hist. Eccl. Franc, I. X, c. xxr, § 19.)

Qùod nullus veniens Romaria génie fabrivit,

HOC VIR BARBAU1CA PROLE pCl'fgit OpilS.

( Fortonat. , 1. II, carm. iv )

2
 
Annotationen