Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Bearb.]; Haas, Wilhelm [Bearb.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Quatrieme = Theatre, Tome IV): Theatre — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1784 [VD18 90793277]

Seite: 360
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1784bd4/0372
Lizenz: Public Domain Mark Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
36ο

TANCREDE.



Le Grec a sous ses lois les peuples de Messine;
Le hardi Solamir insolemment domine
Sur les fertiles champs couronnés par l’Etna,
Dans les murs d’Agrigente, aux campagnes d’Enna; ..
Et tout de Syracuse annonçait la ruine.
Mais nos communs tyrans, l’un de l’autre jaloux,
Armés pour nous détruire, ont combattu pour nous;
Ils ont perdu leur force en disputant leur proie.
A notre liberté le ciel ouvre une voie;
Le moment est propice, il en faut profiter.
La grandeur musulmane est à son dernier âge;
On commence en Europe à la moins redouter.
Dans la France un Martel, en Espagne un Pelage,
Le grand Léon (a) dans Rome, armé d’un saint courage ,
Nous ont aisez appris comme on peut la dompter.
Je sais qu’aux factions Syracuse livrée
N’a qu’une liberté faible et mal aisurée.
Je ne veux point ici vous rappeler ces temps
Où nous tournions sur nous nos armes criminelles ,
Où l’Etat répandait le sang de ses enfans.
Etouffons dans l’oubli nos indignes querelles.
(λ) Par le grand ZéonM. de Voltaire entend Léon IV, et non le pape
Léon I, connu dans les cloîtres sous le nom de Saint Léon, de Léon-
Îe-grand. Ce Saint Léon est le premier pape qui se soit adreisé à la puissance
séculière , pour faire punir de mort les hérétiques : il se joignit à l’évêque
Ithace pour obtenir du tyran Maxime le sang de Prifcillien. Ls^s légendaires
racontent qu’un jour une femme lui ayant baisé la main , il sentit un
mouvement de concupiscence ; qu’en conséquence il se coupa la main.
Mais la Vierge la lui rendit quelques jours après , afin qu’il pût célébrer
la mésié. C’est depuis ce temps qu’on baise les pieds du pape , attendu que
le pied étant enveloppé dans une pantousse , le saint Père court moins de
risque d’être obligé de se le couper. Onsent bien que ce n’est pas à ce pape
queM. de Voltaire a pu donner le nom de Grand. D’ailleurs Saint Léon
vivait plusieurs siècles avant l’époque où la tragédie de Tancrède est
placée.
loading ...