Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Sixieme = Theatre, Tome VI): Theatre — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1784 [VD18 90793293]

Page: 139
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1784bd6/0151
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ACTE SECOND. J39
L E O N O R E.
Et vous me reprochez dans ce désordre affreux
De vouloir épargner un crime à tous les deux !
Vous me connaissez mal : apprenez l’un et l’autre
Quels sont mes sentimens, et mon sort, et le vôtre.
Transtamare , sâchez que vous n’aurez enfin,
Quand vous seriez mon roi, ni mon cœur, ni ma main,
Sire, tombe sur moi la justice éternelle
Si jusqu’à mon trépas je ne vous suis fidelle.
Mais la guerre civile est horrible à mes yeux ;
Et je ne puis me voir entre deux furieux ,
Misérable sujet de discorde et de haine ,
Toujours dans la terreur, et toujours incertaine,
Si le seul de vous deux qui doit régner sur moi
Ne me fait pas l’afFront de douter de ma foi.
Vous m’arrachiez, Seigneur, au solitaire asile
Où mon cœur loin de vous était du moins tranquille.
Je me vois exilée en ce cruel séjour,
Dans cet antre sanglant que vous nommez la cour.
Je la fuis; je retourne à la tombe facrée
Où j’étais morte au monde, et du monde ignorée.
Qu’une autre se complaise à nourrir dans les cœurs
Les tourmens de l’amour et toutes ses fureurs,
A mêler sans effroi ses langueurs tyranniques
Aux tumultes sanglans des discordes publiques ;
Qu’elle se fasse un jeu du malheur des humains,
Et des feux de la guerre attisés par ses mains;
Qu’elle y mette à son gré sa gloire et son mérite :
Cette gloire exécrable est tout ce que j’évite.
Mon cœur qui la déteste est encore étonné
D’avoir sui cette paix pour qui seule il est né4
loading ...