Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Sixieme = Theatre, Tome VI): Theatre — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1784 [VD18 90793293]

Page: 245
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1784bd6/0257
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DES PELOPIDES. 245
S C E N E IV.
POLEMON, IDA S.
I D A S.
Vous ne les suivez pas ?
POLEMON.
Non, je reste en ees lieux,
Et ces libations qu’on y va faire aux dieux,
Ces apprêts, ces sermens me tiennent en contrainte.
Je vois trop de soldats entourer cette enceinte;
Vous devez y veiller : je dois compte au Sénat
Des suites de la paix qu’il donne à cet Etat.
Ayez soin d’empêcher que tous ces satellites
De nos parvis sacrés ne palsent les limites.
Que font-ils en ces lieux ? .... Et vous , répondez-moi,
Vous aimez la vertu , même en ssattant le roi ;
Vous ne voudriez pas de la moindre injustice ,
Fût-ce pour le servir , vous rendre le complice?
I D A S.
C’est m’outrager , Seigneur , que me le demander.
POLEMON.
Mais il règne, on l’outrage; il peut vous commander
Ces actes de rigueur, ces effets de vengeance
Qui ne trouvent souvent que trop d’obéissancc.
I D A S.
Il n’oserait : sâchez , s’il a de tels desfeins"1,
Qu’il ne les confira qu’aux plus vils des humains
Osez-vous acculer le roi d’être parjure ?
POLEMON.
Il a dissimulé l’excès de son injure;
Il garde un froid silence ; et depuis qu’il est roi,
Ce cœur que j’ai formé s’est éloigné de moi.
La vengeance en tout temps a souillé ma patrie :
La race de Pélops tient de la barbarie.
Q 3
loading ...