Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Treizieme): Epitres — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90793730]

Page: 347
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd13/0355
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
A M. LE DUC DE RICHELIEU. 347
Nous admirons le fier courage
Du lion fumant de carnage,
Symbole du Dieu des combats.
D’où vient que l’univers déteste
La couleuvre bien moins funeste ?
Elle est l’image des ingrats.
Quel monstre plus hideux s’avance ?
La nature fuit et s’offense
A l’aspect de ce vieux giton ;
Il a la rage de Zoïle,
De Gacon (i) l’esprit et le style,
Et l’ame impure de Chausson.
C’est Desfontaines, c’est ce prêtre
Venu de Sodôme à Bicêtre ,
De Bicétre au sacré vallon ;
A-t-il l’espérance bizarre
Que le bûcher qu’on lui prépare
Soit fait des lauriers d’Apollon ?
Il m’a dû l’honneur et la vie,
Et dans son ingrate furie,
De Rousseau lâche imitateur ,
Avec moins d’art et plus d’audace ,
De la fange où sa voix croasse ,
Il outrage son bienfaiteur.
Qu’un hibernois, (2) loin de la France,
Aille ensevelir dans Byzance
(l) Gacon était un misérable écrivain satirique, universellement
méprisé ; Chausson a laifsé un nom immortel.
( 2) Un abbé irlandais , fils d’un chirurgien de Nantes , qui sie disait de
l’ancienne maison Ae Makarti, ayant iubsisté long-temps des bienfaits de
notre auteur , et lui ayant emprunté deux mille livres , en 1732 , s’enfuit
aussitôt avec un écossais5nommé7Z<j7nJu-y,qui se disait ausii des bviisRamsay,
loading ...