Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Seizieme = Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations, Tome I): Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794079]

Page: 268
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd16/0278
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
«68 RELIGION
elle est distinguéé des autres familles en mémoire de
son fondateur. Pour lui , il a tous les honneurs ,
non pas les honneurs divins, qu’on ne doit à aucun
homme , mais ceux que mérite un homme qui a
donné de la Divinité les idées les plus saines que
Cuite de puisse former l’esprit humain. C’eft pourquoi le père
z>/£vtrès- ie Qomte et d’autres millionnaires ont écrit oi/e les
ancien. 7
Chinois ont connu le vrai DIEU, quand les autres peuples
étaient idolâtres , et qu’ils lai ont facrifié dans le plus
ancien temple de l’univers.
Les reproches d’athéisme, dont on charge si libé-
ralement dans notre Occident quiconque ne penle
pas comme nous, ont été prodigués aux Chinois.
Il faut être aussi inconsidérés que nous le sommes
dans toutes nos disputes , pour avoir osé traiter
d’athée un gouvernement dont presque tous les édits
parlent (c). J un être Jupréme, père des peuples , récom-
penfant et punifjant avecjuftice, qui a mis entre L’homme
et lui une correfpondance de prières et de bienfaits , de
fautes et de châtimens.
Le parti opposé auxjéfuites a toujours prétendu
que le gouvernement de la Chine était athée, parce
que les jésuites en étaient favorisés : mais il faut que
cette rage de parti se taise devant le testament de
l’empereur Cang-hi. Le voici.
Je fuis âgé de fixante et dix ans, jen ai régnéfixante
et un j je dois cette faveur à la protection du ciel , de la
terre, de mes ancêtres , et au d I E U de toutes les récoltes
de l’empire: je ne puis l’attribuer à ma faible vertu.
Ce) Voyez l’édit de l’empereur Yontchin rapporté dans les mémoires
de la Chine, rédigés par le jésuite du Halde. Voyez -aussi le poënie de
l'empereur Kienlonç.
loading ...