Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Seizieme = Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations, Tome I): Essai Sur Les Moeurs Et L'Esprit Des Nations — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794079]

Page: 324
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd16/0334
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
824 PREMIERS SUCCESSEURS

Aaron -
Raschild.

ils furent respectés des princes qui les persécutaient.
Tous ces sultans turcs, arabes, tartares , reçurent
l’investiture des califes avec bien moins de contes-
tation que plusieurs princes chrétiens ne l’ont reçue
des papes. On ne baisait point les pieds du calife, mais
on se prosternait sur le seuil de son palais.
Si jamais puissance a menacé toute la terre, c’est
celle de ces califes ; car ils avaient le droit du
trône et de l’autel, du glaive et de l’enthousiasme.
Leurs ordres étaient autant d’oracles, et leurs
soldats autant de fanatiques.
Dès l’an 671 ils assiégèrent Constantinople, qui
devait un jour devenir mahométane ; les divisions ,
presque inévitables parmi tant de chefs audacieux
n’arrêtèrent pas leurs conquêtes. Ils ressemblèrent
en ce point aux anciens Romains, qui parmi leurs
guerres civiles avaient subjugué l’Asie mineure.
A mesure que les mahômétans devinrent puissans ,
ils se polirent. Ces califes , toujours reconnus pour
souverains de la religion , et en apparence de l’empire,
par ceux qui ne reçoivent plus leurs ordres de si
loin , tranquilles dans leur nouvelle Babylone , y
font bientôt renaître les arts. Aaron-al-Rafchild,
contemporain de Charlemagne, plus respecté que ses
prédécesseurs , et qui sut se faire obéir jusqu’en
Espagne et aux Indes, ranima les sciences, fit sseurir
les arts agréables et utiles, attira les gens de lettres,
composa des vers, et fit succéder dans ses vastes
Etats la politesfe à la barbarie. Sous lui les Arabes,
qui adoptaient déjà les chiffres indiens, les appor-
tèrent en Europe. Nous ne connûmes en Allemagne
et en France le cours des astres, que par le moyen
loading ...