Hinweis: Your session has expired. A new one has started.

Wood, Robert [Editor]; Dawkins, James [Editor]
Les Ruines De Palmyre, Autrement Dite Tedmor, Au Désert — Londres, 1753 [Cicognara, 2707-7; 2722]

Page: 1
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/wood1753b/0008
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
RECHERCHE

SUR

LÉTAT ANCIEN

D E

P A L M Y R E.

CE que nous avons à dire de Palmyre fe réduit fimplement à letat où nous
trouvâmes les ruines de cette ville dans Tannée 1751. Il neft pas probable
que la curiofité du lecteur en demeure là. Les relies préfens de cette
Ville font certainement trop intérefîàns pour ne le pas porter à rechercher ce
quelle a été. ^tand &? par qui a-t-elle été fondée ? Doà vient quelle Je trouve Jï-
tuée fi fingulièrement, Jéparée du refte du genre humain par un defert inhabitable ?
Et quelle a du être la Jource des richeffes nécejfaires pour Joutenir fa magnificence ?
Voilà des fiijets qui engagent très naturellement notre attention : aufli allons
nous tâcher de fatisfaire en quelque forte cette curiofité.

Il paroit très remarquable que lhiftoire fait fi peu mention de Balbeck & de
Palmyre, deux villes qui font peut-être ce qui nous refte de plus furprenant de
la magnificence des anciens, qua 1 exception de ce que les infcriptions en mar-
quent, tout ce qu on en peut favoir forme à peine une conjecture vraiflem-
blable.

Ce lilence de fhiftoire n eft-il pas même inftruérif ? Et ne nous aprend-il
pas qu il y a dans l'antiquité des périodes qui nous font tout-à-fait cachés ?

Tel eft le fort ordinaire Se naturel des villes, que la mémoire s'en confèrve
plus long-tems que les ruines. Ce lïeft que par fhiftoire que nous cOnnoî-
ffons Troye, Babylone, Memphis ; il ne refte pas aujourd'hui de ces villes une
pierre, qui marque où elles étoient lituées: mais voici deux exemples de villes
confidérables qui ont fublifté plus long-tems que tout ce qu'on en a fu : c'eft
plutôt ce que nous en voyons que ce que nous en lifons qui excite notre cu-
riofité à leur fujet • Se les reft.es de Balbeck Se de Palmyre fubfiftent encore,
pour conter, pour amfi dire, eux-mêmes leur hiftoire.

Seroit-ce la perte des livres qui en eft caufe, ou les anciens ne fefoient-ils pas
autant de cas de ces édifices que nous en fefons ? Si on pouvoit fe le perfuader,
cela juftifieroit, ce nie femble, l'admiration que nous avons pour leur architecture.
Leur filence au fujet de Balbeck confirme ce qu'on raporte de Babylone; Se les
édifices de Palmyre, dont on n'a prefque point parlé, deviennent les garans de
ceux de la Grèce Se de l'Egypte, qu'on a tant vantés,

B Touteg
loading ...