Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 514
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0042
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
E. AMÉL1NEAU

enfin le pain fut peu nombreux, et le chef de la paneterie s'avança vers lui et
le lui apprit. Il lui dit : « Prépare-toi aujourd'hui, car le Seigneur Dieu ne
nous oubliera pas. » Il alla vers la paneterie, rassembla les restes et les miettes
dans une couffe, les porta et les jeta devant le saint avec trouble et colère. Et
le saint ordonna de préparer l'culogie et de célébrer la messe jusqu'à l'Evan-
gile, et le père se retourna vers l'homme qui était chef de la diaconie, ils
allèrent vers la diaconie et ouvrirent la porte : le pain sortit au dehors et l'on
ne put fermer la porte. Et lorsqu'ils eurent achevé la messe, le père ordonna
de remplir les tables de la bénédiction de Dieu pour les assistants, et ils ne
cessèrent de manger de ce pain qui était sorti de la porte, jusqu'à la fin de la
sécheresse, avant de pouvoir fermer la porte. Lorsque Dieu eut pris pitié de
son peuple et que le Nil fut monté, ils cultivèrent la terre et les vers mangèrent
les semences ; ils vinrent au père et se plaignirent des vers. Il pria et implora
le Seigneur; il vit une colonne de feu devant lui, et une voix lui disait:
« O Ephrahàm, dis-leur de faire ainsi et ils seront sauvés ; qu'ils allument
du feu dans le milieu de chaque champ. » Ils allèrent, allumèrent du feu ; les
vers venaient se brûler dans le feu. Et les gens cultivèrent (la terre) avec
grande joie et ils furent sauvés des vers par la prière de ce saint, car Jacques a
dit: « Certes, la prière du juste est puissante et influente. » Alors voici que ce
saint redoubla ses adorations ; il se retirait par dévotion maintes fois et il
revenait à son couvent : il faisait souffrir son corps nuit et jour. Il mourut et
alla vers le Seigneur le Messie dans une belle vieillesse ; il lui dit : « Me voici
avec les enfants que tu m'as donnés. » Que le Seigneur ait pitié de nous par ses
prières. Amen2. »

Cette citation prouvera une fois de plus, par la comparaison avec les textes
que je publie, combien les scribes et les traducteurs en prenaient à leur aise
avec leur modèle.

XIV. — VIE D'UN CONTEMPORAIN D'ABRAHAM

Les deux fragments qui composent ce paragraphe proviennent tous deux
du Musée de Naples et appartenaient au même volume s. Le nom du person-

1. C'est-à-dire qu'il menait la vie anachorétique.

2. Synaxare, 24 Toubah.

3. Zoéga, Cal. Cod. Copt., n° CCXXI1I, p. 545.
loading ...