Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 565
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0093
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DES VIES DE PAKHOME ET DE THÉODORE 565

ïtpcojuie eT&e imoTTe eiTe OTppo gcoc eq-xoce citc gH^ejuium gcoc evrïmocY
juuulocy efia\©jTOOTq en-si k£i;s. rmeTeipe jutime^oo'Y enT^eio -xe impeqp nei"-
H^îtcryq eirgimoT^cce ihim uTeiuime ctêc n-xoeic \tw eTpe TeqgoTe ujionc
cm-xiocy îtce^pii». juuuLoq ôvU ott'^c ncep uofie epoq »>.îi eT&e geu pcouie eTiyoon
juinocy £\i o-ye^OTCïJ^ k^tjs. cè.p^ kô^tô, nuj^e oit ju.njuL^Kôvpioc (-cu-e-) nev-y-
*A.oc ose euj'xe ottk ujs'ojul ^pi ^ii^tot thttii ep eipmiH juin pcouie ïiiju.
nTpeq-2£OOc -xe euj-xe otvi uj^ojui eqoTtoii^ jmngtoÊt it&.it efioX •se eiyse
nc'Mà.p nofie ^tt ermoTTe TeneipHitH eTim^d^c ese ^pi eipHiiH ajlh otou
nijut eujoone *à.e goiioq OTTg^ipeTïKOc h hpTV^^'y îtpoojute eim^p uofee ermoirre
£K TeqeipHîiH eie noiT e&o\ Ajuuoq enoTe in>e juureTnHT gHTq itoTçoq -se
îmeKJU.o'Y 2.n Teqju.dwTO'y eoocy- ïiecttH-y UTepoTcoiTui etieïuj^^e ïitii
^ecvxcopoc ^tco'XcTV. ejuL^Te ô^tto) HTepe povge ujume juLne^ocy eTJUum^'y neos^q
HuecnH-y jmô^pîtToooTït ïtTîiuj'A.h,\ egpxs eivxoeic qn&.u&.o_juLU e&o?V.gu neTiro-
ïtHpeire epcm. utocy ^ ^TTajoirn js.tujTVh'X eojp^i en-soeic o_it geu no;? uconc

cause de Dieu, soit roi comme étant élevé, soit magistrats comme ayant été
envoyés par lui pour prendre vengeance de ceux qui commettent le mal et pour
l'honneur de ceux qui font le bien, — qui se soumettent à ces gens à cause du
Seigneur et pour faire que sa crainte soit sur eux, qu'ils ne le renient pas,
qu'ils ne pèchent pas contre lui, à cause de quelques hommes qui sont au-
jourd'hui dans une puissance de chair, selon la parole du bienheureux Paul :
Si vous le pouvez, tâchez d'avoir la paix avec tout homme. Lorsqu'il dit : Si
vous pouvez, il nous montre avec évidence la chose \ à savoir : Si tu ne pèches
pas envers Dieu dans la paix que tu feras, eh bien! fais la paix avec tout
homme; mais si, (quand il s'agit) d'un hérétique ou de quelqu'autre homme,
tu dois pécher contre Dieu en faisant la paix avec lui, eh bien ! fuis-le bien loin,
comme quelqu'un qui fuit un serpent, de peur que tu ne meures de son venin
mauvais. » Mais les frères, lorsqu'ils entendirent les paroles d'apa Théodore,
furent consolés grandement; et lorsque le soir fut arrivé en ce jour-là, il dit
aux frères : « Levons-nous, prions au Seigneur, il nous sauvera de ceux qui
nous font du mal. » Mais eux, ils se levèrent, ils prièrent vers le Seigneur
dans de grandes oraisons, de sorte qu'ils continuèrent la prière jusqu'à la

i. C'est-à-dire : Il nous fait voir avec évidence que si
loading ...