Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 3.1802 [Cigognara Nr. 3401-3]

Seite: 115
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1802a/0178
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( n5)

Planche cinquante-quatrième.'—Trois Statues antiques
de la Galerie du Muséum. .

La première de ces statues représente un génie
funèbre dans l'attitude d'un repos parfait, debout, les
jambes croisées, les bras élevés au - dessus de sa tête
et le dos appuyé contre ira des lauriers crue les anciens
plaçaient dans les champs Elysées.

On retrouve souvent cette figure, soit isolée, comme
elle l'est ici, soit en bas-relief sur des tombeaux.

La seconde statue, de grandeur presque colossale,
représente Néron vainqueur aux jeux de la Grèce. Il
ji'est drapé que de la ceinture en bas. Le diadème qui
ceint sa tête désigne à la fois sa victoire et sa puissance
impériale. Cette statue, d'un très-beau style, a l'avan-
tage d'offrir la ressemblance de Néron, prise héroïque-
ment. La tête en marbre de Paros, a été rapportée
par le sculpteur romain qui a restauré la statue. Le
corps est de marbre, pentélique. Pour le costume et
les proportions, cette tète convient parfaitement ai»
j'este de la figure.

La troisième statue offre un faune en repos. C'est
par erreur que la notice des antiquités du Muséum
porte qu'il est vétu de la nébris ou peau de chevreuil.
La tête de l'animal qui retombe de l'épaule droite sur
la poitrine est évidemment celle d'un tigre; mais ce qui
lève toute espèce de doute, c'est une patte armée de
griffes très-fortement caractérisées qu'on aperçoit sur
le dos de la statue.

"Le nombre de ces faunes est considérable. Ce qui,
joint à la pose gracieuse et aisée de la figure, porte à
croire que ce sont autant de copies du fameux faune
ou satyre en bronze de Praxitèle..
loading ...