L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 4,2.1902

Seite: 372
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1902/0416
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
L'ART DÉCORATIF

Les architectes, ce qui est un
appoint capital, de même que pour le
mobilier, se sont occupés d'assurer à
leurs constructions nouvelles une par-
ticipation congruente de la serrurerie.
Dans les ensembles de MM. Plumet et
Tony Selmersheim, d'excellents modèles
de crémones, de poignées, ont été
fournis par M. T. Selmersheim. On
se souvient sans doute, à l'avant-dernier
Salon de la Société Nationale, du rôle
important que jouait, sur les portes
d'une salle à manger, un appareillage
de cuivre, qui ne couvrait pas seule-
ment l'espace réservé d'habitude aux
plaques de propreté, mais aspirait à
une valeur décorative toute particulière.
M. Henri Sauvage, de même, a com-
pris la part mut à fait ornementale
que pouvaient prendre sur les surfaces
du bois les applications de cuivre ; il
a donné des modèles de pentures tout
à fait significatifs de



L'ART NOUVEAU
RING

ses intentions, m qui
peuvent indiquer mm
voie à suivre.
M. Schœllkopf,
pour la maison de
rapport du boulevard
de Courcelles, dont
nous avons récemment
étudié le parti architec-
tural m décoratif, a
cherché, avec beau-
coup de soin et de variété,
des détails de serrurerie en
rapport avec ses recherches
de décoration. Comme dans
son architecture et dans les
parties de ferronnerie que
nous avons déjà examinées,
c'est l'interprétation florale
qui lui a fourni ses motifs.
Si l'on excepte quelques
modèles un peu trop maigres,
un peu trop ajourés, où
l'arabesque décorative ne
semble pas offrir sous la main
toute la masse résistante que
l'on souhaiterait, la plupart
offrent l'assurance évidente
que la forme et le décor ont
été conçus du même coup,
que c'est l'adaptation immc-


SCHŒLLKOPF

Ca;o'7:A.s de

diate du thème
forme composée

choisi qui a donné à la
sa cohésion, le caractère
ramassé des éléments divers, feuilles, fruits
ou fleurs, s'entourant l'un l'autre. Par là
ces modèles nous paraissent bons, d'exacte
accommodation au moule nécessaire. Là où
ml autre artiste aurait cherché mm pure
combinaison de reliefs, M. Schœllkopf a
eu la préoccupation d'enchâsser quelque chose
de plus suggestif, un rappel de la nature
vivante: l'un et l'autre systèmes décoratifs
sont bons, s'ils ne dénaturent pas l'objet
d'usage qu'ils ont la prétention de faire
naître. Nous n'avons point à discuter l'in-
spiration ou le tempérament d'un artiste,
mais seulement leurs résultats.
Ces pièces de M. Schœllkopf ont été
exécutées et éditées par la maison Dérouiliia
et Petit, et c'est là un fait qui a son intérêt;
la maison Fontaine a de meme ouvert scs
loading ...