L' art ornemental: revue hebdomadaire illustrée — 3.1885

Seite: 114
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_ornemental1885/0125
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
ii4

L'ART ORNEMENTAL.

la marquise de Nesle et monsieur le commandeur de Birague ci-présent.
« Fait et passé par devant les notaires soubssignez ne varietur.
« Fait ce premier jqur de Fébvrier mil Vc quatre-vingt-quatre.

« Le Rossignol. Gouuyer. »

Ce tombeau fut érigé primitivement à Sainte-Catherine du Val-des-
Écoliers. Il ne nous en reste aujourd'hui que la saisissante et admirable
figure de bronze, l'honneur du musée de la Renaissance au Louvre,
comme elle est le chef-d'œuvre de Germain Pilon.

Mortiers de bronze.

On trouve en Belgique, dit M. le baron de Vinck, dans les hôtels de ville

d'Enchuysen possédait, lui aussi, à un haut degré l'art d'enlacer dans un
gracieux enchevêtrement des feuillages et des animaux fantastiques.

Toujours au xvi" siècle, Hémony dirigeait à Amsterdam une fonderie de
cloches très célèbre, bien que les règlements municipaux d'alors eussent
interdit leurs sonneries. De 1671 à 1687, Pierre Overney était réputé à
Leuwarden comme un très-habile fondeur, et, en 1704, Quirin de Visser
tlorissait à Rotterdam dans un centre protestant où le culte national n'avait
que faire'de cloches. Si cette branche de son industrie était peu appréciée,
ses mortiers en revanche l'étaient davantage et à juste titre, car ils sont
fondus avec une délicatesse extrême.

Quant au grand mortier coulé aux frais de Gisbert van den Ende,
c'est bien là le type du mortier d'apothicaire ; gros, gras, lourd et replet, il

général, en sont pures et bien pro-
portionnées. Quant au métal, il est
sec et sonore, presque toujours ses

»i|nt.l)iiSh[||i.ii>|uiu|iMi-ii-lsiliv.7.ii-
IMMÎi-i H»iysiiB.>M.wi!&i-iiiVi»ir!J.iJM

et les musées, de vieux petits mor- devait faire bonne figure dans Tof-
tiers coulés en bronze : la bordure ficine d'un pharmacien flamand
supérieure, ciselée en haut-relief, <fe^îi.~5 assez cossu pour enrichir d'une si
est ordinairement enrichie d'une \ y? V, f belle pièce son mobilier profession-
date, d'une légende ou d'un nom %*'jf r V*//. ne'-

d'auteur; dans la frise du bas se /:, f:^Mjfn^(^( Ms^.-!? r-\ On ne rencontre pas de mortier

succèdent tantôt de capricieux en- ^fffjnf^' ' * . de petite dimension avec une date

roulements d'animaux, de fleurs et .' " .i;A;j "!rffiëSS^r i'^-' \ \\t\ \ antérieure au commencement du

de feuillages, entremêlés de blasons; v> -.. ,/'/r1'i '•^^^SililliSp A^' ^" A''-'''xtf': ' " xvie siècle. Cela s'explique par cette

tantôt des scènes de chasse ou des *%{'/■■'( .». ^Hitr ' r r f':J raison que la découverte de l'Amé-

danses de paysans. , mT |7 <^j)^\ .'Ç?^J^£, rique et l'arrivée aux Pays-Bas des

Le modelé ne manque pas d'une ^y,m&i^w*^>6*i:* y,'ilijf^gB^^ll»- éPices du n°uveau monde rendirent

certaine élégance et les formes, en S 10 jyj seules nécessaire l'usage des petits

mortiers.

Le grand nombre de ceux qu'on
retrouve encore ferait présumer que

vibrations donnent une note musi- 1 ~ w - - - - ^ "^m' chaque ménage un peu aisé a dû

cale juste, et, parle frottement, il )j*J - |g| vi'* jj jj . M » posséder le sien. Tous ceux du xvic

acquiert le brillant et l'éclat de l'or; f^) '" '"MffitP"^"""''' : ~ T^^ËjBpfj S'^i'1^*^ aussi bien que du xvm« siècle sont

sa couleur très particulière est près- «iilMITII» ' "' 1 ' ' Y ~ \ d'un type identique, d'une même

que intraduisible en peinture. W'/ jdjÊL M[ v^'-xl forme trapue et massive, tandis que

Les légendes sont le plus sou- / jg| By ' ^ • les mortiers français affectent une

vent assez banales, des dictons latins | j w M& ^R. ;>.•,./ ! Ç h forme plus légère et plus élancée,

ou flamands, celui-ci par exemple: L—JE ^Tv' /M'Y' A Le beau et grand mortier, qui

Antor omnia vincit, voluptueux ou rifjjH /'.- ^w^-'-' ^ fut fondu en 1713 pour consacrer le

mystique, on ne sait trop lequel des jj yS&f^ / ( x' souvenir de l'union de Nicolas

deux; ou bien des devises emprun- ,..-v~ '<-T.^,'- •V.ly./' ~\\ Viriot avec Marguerite Thouvenin,

tées aux pratiques religieuses, telles _ —— ' " ' ' """ ""'-^ a le cachet d'élégance et de distinc-

que : Godt mit ons (Que Dieu soit [ fJ~"~ç^^?f~"' "'"A. ~~ " '^*xSk t'°n caractérise les bronzes

avec nous), ou bien encore cette \~rç~"Via .-h. français,
autre : Loft Godt van al (Louez Dieu
de toutes choses) ; tels en sont les
éléments ordinaires.

La Belgique a toujours passé t^WÊtÊBBSBK \ ■ tu 1>ETITE CIIR 0IV10 U E

pour la patrie des cloches et des ^

carillons, et nous pourrions ajouter /('-2S

des mortiers : les maîtres fondeurs, r—^ _"* r---^UJU....... "* — Sur le rapport de M. Léon

artistes dans leur genre, avaient ! f"^--^ \ fN-------^'1 Heuzey, au nom de la commission

l'habitude de dater et de signer ;____________ .._________.^^^^^.^^^^^^^=r^^ ===rL^>. des Écoles d'Athènes et de Rome,

leurs œuvres; aussi, à l'aide d'un 1 • l'Académie des Inscriptions et Belles-
certain nombre de vieux mortiers, Lettres a accordé une prolongation

, , . ,. Projet de Germain Pilon pôur le mausolée du Cardinal de Birague. , .• ,, . „+, ,

en s appuyant sur les indications , , de séjour d une année a I Ecole

, ■ ■ . - 1 • . Erigé primitivement en l'église de Sainte-Catherine du Val-des-Ecoliers. ... „

des anciens registres echevinaux et d Athènes a M. Holleaux, pour con-

sur les inscriptions de cloches de tinuer les fouilles qu'il a si heureu-

paroisses, on a pu reconstituer la généalogie des van den Gheyn depuis sèment commencées en Béotie sur l'emplacement d'un temple d'Apollon.

l'année 1 533. Six de ces fameux fondeurs portaient le prénom de

Pierre et cinq celui de Jean : le plus ancien, le Pier van den Gheyn

de 1533, l'associé de Hans Poppenzuyter, habitait à Maliries, rue de

Bruxelles, une maison, à l'enseigne du Lion d'or; son fils, qui s'appelait

aussi Pierre, y avait en i58o sa fonderie à la porte de Bruxelles, quartier

spécialement affecté aux fondeurs en bronze. On peut suivre les différents

membres de cette famille dans leurs établissements de Tirlemont, à Saint-

Trond, à Louvain et à Nivelles.

Les van Gheyn avaient de nombreux rivaux qu'il nous paraît superflu

d'énumérer. Il n'y avait pas en effet au xvie siècle une ville de Flandre qui

n'eût son carillon, et les fondeurs de cloches étaient tenus en estime toute

particulière.

La Hollande a produit aussi de célèbres fondeurs, et Antoine Wilkes

— Le concours de ciselure pour l'ornement, fondé par M. Villemsens,
pour l'année i885, sera ouvert le i3 décembre.

Les concurrents devront se faire inscrire jusqu'au 12 décembre inclus,
au siège de la réunion des fabricants de bronze, 8, rue Saint-Claude
(Marais).

Les objets seront exposés publiquement du dimanche i3 décembre
au dimanche 27 décembre inclus, de dix heures à quatre heures.

— Le Temps, dans son compte rendu de la séance du Conseil muni-
cipal du 6 août, nous apprend que « sur le rapport de M. Hattat, au nom
de la 5° commission, un crédit supplémentaire de 5o,ooo francs a été
accordé au sculpteur Dalou pour son groupe allégorique : le Triomphe
loading ...