Instytut Historii Sztuki <Posen> [Editor]
Artium Quaestiones — [1].1979

Page: 11
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artium_quaestiones1979/0013
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ARCHITECTURE ET SYMBOLIQUE DES NOMBRES

11

principaux mysteres, la Resurrection du Christ au Nord, 1’Ascension au
Sud.

En v>ćrite, Angilbert ne fait que transposer (en simplifiant) une ordon-
nance bien connue dans la liturgie gallicane, la disposition — sur la pa-
tenę — de l’hostie sous formę de particules, chacun de ces fragments por-
tant le nom du symbole qu’il reprćsente 12.

Cette derogation au sacro-saint chiffre de trois ne nous surprendra pas
lorsque nous examinerons les mouvements liturgiques ąuotidiens dans cet-
te abbatiale. Jour apres jour, a la suitę des matines et des vepres, avait
lieu, a Centula, une veritable „ehoregraphie” processionnelle, nettement
codifiee. Un examen minutieux du passage De circuitu orationum nous
fait connaitre trois processions dont la transposition dessinee des itinerai-
res revele une puissante et harmonieuse orchestration 13. Le deuxieme iti-
neraire est particulierement caracteristique (fig. 3). II prend son depart
a 1’autel Saint-Sauveur, donc a 1’etage de 1’anteglise. Le groupe de moines
se scinde alors, l’un des groupes descendant vers la „Resurrection”, l’autre
vers „1’Ascension”, puis ces deux groupes yont respectivement vers 1’autel
Saint-Jean-Baptiste et l’autel Saint-Martin, situes dans les collateraux
Nord et Sud. Apres y avoir fait oraison, ils rejoignent 1’image de la Passion
au milieu de la nef centrale, et de la, l’autel Saint-Riquier dans le chevet
criental. Apres y avoir accompli une oraison, les moines se divisent a nou-
veau en deux choeurs et se rendent au deuxieme autel des bas-cótes Nord
et Sud, c’est-a-dire ceux de saint Etienne et de saint Laurent. Puis, tou-
jours en psalmodiant et en priant, on se regroupe devant l’autel de la sain-
te Croix et, pour terminer, on marque un dernier arret devant 1’autel
Saint-Maurice, avant de regagner, par la longania (ce long couloir en bois),
1’eglise Saint-Benoit ou est celebre 1’office nocturne des Vigiles.

Cette description meticuleuse ne róvele pas, a premiere vue, que les
mouvements faisant progresser les moines d’un póle liturgique a 1’autre
(de Saint-Sauveur a l’Ouest, a Saint-Riąuier la l’Est) sont au nombre de
ąuatre; en revanche, trois mouvements marquent le reflux jusqu’a l’autei
Saint-Maurice. Nous voici en presence de sept mouvements au total, ordre
„septiforme” qui transparait egalement dans la repartition des effectifs:
quatre mouvements sont accomplis ensemble: les etapes menant a la
Passion, a 1’autel de saint Riąuier, puis, lors du retour, a l’autel de la sain-

12 Cf. L. Duchesne, Les Origines du Culte chretien, 3e ed., Paris 1903, p. 218-
- 219.

13 Cf. Lot, Hariulf, op. cit., p. 305 - 306.

I. „Omnibus horis yespertinis .. . perficiant”.

II. „Cum enim vesperos et matutinas .. . studeant”.

III. ..In solemnitate etenin Sancti Mauricii... ad sanctam Crucem”.
loading ...