Bertuch, Friedrich Justin ; Bertuch, Carl
Bilderbuch für Kinder: enthaltend eine angenehme Sammlung von Thieren, Pflanzen, Früchten, Mineralien ... alle nach den besten Originalen gewählt, gestochen und mit einer ... den Verstandes-Kräften eines Kindes angemessenen Erklärung begleitet (Band 1) — Weimar, 1801 (2. Aufl.)

Seite: 174
Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bertuch1801bd1/0188
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
T, I, Mo* 58,

Mélanges, 11,
ANIMAUX FABULEUX.

No, i. Les Harpyes,
Selon l’ancienne Mythologie, les TIarpyes étoient
des monssrcs, qui avoient par le haut le corps
d’une femme, et depuis la ceinture la queue d’un
dragon. On leur donnoit en outre des pattes
d’ours et des ailes de chauve - souris bigarrées de
plusieurs couleurs. Les Dieux les envoyoient
tourmenter les hommes.
No, 2. Le Grillon.
Le Griffon, qu’on trouve fréquemment com-
me support dans les armoiries, étoit pareillement
un animal fabuleux des anciens. II avoit le corps
d’un lion, la tète d’un aigle, les oreilles d’un che-
val, des ailes, et au lieu de jubé une espèce de
crête semblable à la nageoire d’un poiiTon. On
debitoit de cet animal qu’il déterroit l’or des en-
trailles de la terre, et qu’il le gardoit contre les
voleurs.
No, 5, Le Satyre,
Les Satyres étoient, d’après les fictions des an-
ciens, des hommes sauvages, quihabitoient les Fo-
rêts. La couleur de leur corps étoit d’un brun rou-
ge ; ils avoient les pieds de bouc, les cornes et les
oreilles d’une chèvre ; ils se nourrilïoient principa-
lement de leurs troupeaux de chèvres, et étoient
de la suite de Bacchus à cause de leur gaité ex-
traordinaire. De-la vient qu’on les-représente
communément dansans, avec un chalumeau et
un bâton pastoral ou une houlette à la main, une
peau de chèvre sur le bras, et une cruche à lait
ou k vin devant eux. C’eß du don de se rire

des autres qu’on leur altribuoit, que nos SalyrlS'
ou poèmes ironiques, ont pris leur nom.
No, 4, Les Géans ou Titans,
Les Géansau Titans étoient, sélon la fable, àei
hommes d’une grandeur prodigieuse, qui avoie^
des serpens au lieu de pieds, sortircnt de la tetrû
dans les Champs Phlegrées, escaladèrent le oe'’
entassèrent montagnes sur montagnes , et BvrC
rent de grands combats aux Dieux. C’est p01'1
cette raisonque suries anciens monuments on 1e5
voit représentés avec une pierre et une brandlC
d’arbre à la main, et une peau de boeuf snr 6
bras. Ce dernier indice fait allusion aux boeu^
de Géryon , qu’ils avoient volés à Hercule.
No, 5, Le Cheval marin,
C’étoit pareillement un animal fabuleux, <lue
les anciens disoient être de l’équipage de Neptl1'
ne. Il aroit par devant des pieds d’oie, et par
derrière la queue d’un poissbn , pour nager plu*
facilement.
No. 6. Les Néréides et les Tritons*
Les Néréides et les Tritons étoient des hom»lC9
à queue de poisson, dont la fable des ancien9
avoit peuplé la mer. Les mâles se nommoien1
T itons, et les femelles s'appelaient Néréid^'
C étoient des Demi-Dieux qui composoient Ie
cortège de Neptune. La fable des Néréides ou
des Nymphes des eaux, (Naïades) s’est vraise«1'
blablement conscrvée jusques à nos jours, ^
sont elles dont il est parlé dans les Contes bien*
allemands sous le nom de fVajJcr-Nixtn.
loading ...