Cagnat, René ; Goyau, Georges
Lexique des antiquités romaines — Paris, 1895

Page: 92
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cagnat1895a/0108
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
CURA

92

CURI

notre ère, une troisième classe de per-
sonnes fut confiée à des curateurs : ce
furent les hommes pubères (Voir Pu-
bertas) âgés de moins de vingt-cinq
ans. Lorsque les jeunes gens étaient
circonvenus par un tiers qui leur fai-
sait conclure un acte désavantageux
(circumscriptio adolescentis} \ ils pou-
vaient, en vertu de la loi Plaetoria,
faire condamner ce tiers à la peine de
l’infamie (Voir Infamia) ou obtenir du
préteur une restitutio in integrum
(Voir ce mot), qui annulait l'acte. De-
vant de telles menaces , les tiers
n’osaient plus traiter avec des jeunes
gens âgés de moins de vingt-cinq ans.
Mais la présence d'un curator auprès
de ces jeunes gens garantissait l’acte
et rendait aux tiers la sécurité. Jus-
qu’à Marc-Aurèle, les mineurs de vingt-
cinq ans s’adjoignirent ainsi un cu-
rator nommé spécialement pour l’af-
faire; Marc-Aurèle leur permit de se
faire assister d'un curateur général et
permanent.
Curator. Curateur.
I. Sous la République.
On trouve déjà : 1° Des Curatores tri-
buum qui sont chargés de tenir le re-
gistre d’état civil de la tribu, de per-
cevoir l’impôt de guerre {Iributum) levé
sur la propriété, et la capitation («es)
exigée des aerarii ;
2° Un curator actorum senatus ou se-
crétaire du sénat (un sénateur) ;
3° Plusieurs sortes de curateurs dans
les municipes et dans les autres villes
de province.
II. Sous l’E.vipire.
Outre les curatores regionum pré-
posés à l’administration des quatorze
quartiers de Rome et une foule d’au-
tres peu importants, il y a les cu-
rateurs d'ordre sénatorial : curatores
viarum chargés des routes, les trois
curatores aquarum chargés des aque-
ducs, les cinq curatores alvei Tiberis et

riparum et cloacarum chargés du Tibre
et des égouts, les deux curatores ope-
rum publicorum chargés des édifices
locaux. Mais le plus important est le
curator reipublicae ou civitatis ou colo-
niarum ou mimicipiorum, fonctionnaire
créé au commencement du ne siècle
pour surveiller, au nom de l’empereur
qui le nomme {datas ab imperatore'), les
quinquennales (Voir ce mot) dans la ges-
tion des finances municipales. Il est
choisi parmi les sénateurs ou dans
l’ordre équestre. A partir de l’époque
de Sévère (mc siècle) les curateurs
deviennent permanents et sont pris
de préférence parmi les citoyens d’une
ville autre que celle cpii est confiée à
leur soin. Après Dioclétien, ils sont élus
par les décurions et choisis parmi les
habitants de la ville. L’empereur ne fait
que leur donner l’investiture. Alors ils
ont complètement supplanté les quin-
quennales à qui il ne reste guère que
le droit de nommer les sénateurs (Voir
Lectio senatus). P. J.
Sous l'Empire, lorsqu'on vendait les
biens d'une personne pour indemniser
ses créanciers, on pouvait, au lieu de
les vendre en bloc (bonorum venditio')
les vendre séparément, et seulement
jusqu’à concurrence de la dette à payer
(6ono?’izm distraction : pour cette se-
conde sorte de vente, le magistrat nom-
mait un curator.
Sur le curateur en droit privé, voir
Curatela.
Curia. 1° Division politique des cito-
yens à Rome. L’ensemble des trente cu-
ries constitue la cité patricienne. Chacune
a son culte {sacra curionia'}, son prêtre
président, dispensé du service militaire
(Voir Curio). Toutes les curies ont un
temple commun, sous le patronage de
Jun.o Quiris, et bientôt un prêtre com-
mun, le Curio maximus. Les comilia
curiata (Voir ce mot) étaient l’assemblée
générale des curies ;
loading ...