Daly, César [Editor]
L' architecture privée au XIXe siècle: nouvelles maisons de Paris et de ses environs (Sér. 1,1): Hotels privés — Paris: Ducher, 1870

Page: 24
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/daly1870bd1_1/0032
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
L’ARCHITECTURE PRIVÉE SOUS NAPOLÉON 111.


24

réception aussi vastes, il devient inutile de donner autant de
hauteur aux étages. L’hôtel de 2ine classe se composera tou-
jours de cours, sous-sol, rez-de-chaussée, premier étage et
étage de comble.
11 est bon de remarquer, et cette observation s’applique
également aux trois groupes d’habitations (hôtels privés, mai-
sons à loyer et villas), que de deux constructions exécutées
dans les mêmes conditions de soin, la plus coûteuse, par mètre
superficiel, sera celle dont les pièces auront les moins grandes
dimensions, puisque dans une même surface il se trouvera
plus de murs de séparation et par conséquent de portes, de
glaces, de cheminées, etc.
Ces causes d’aggravation de la dépense compensent assez
généralement celles qui résultent de l’ornementation plus coû-
teuse des vastes et grandes salles des habitations plus impor-
tantes, de telle sorte que, dans les deux cas, les prix de
revient, par mètre superficiel, ne s’éloignent pas sensiblement
l’un de l’autre.
Le prix moyen de revient, par mètre superficiel, de nos
deux types d’hôtels privés de la 2me classe, seront donc les
mêmes que pour ceux de la lre classe.

— Exemple particulier. Spécimen B2, pl. 1 à 6, rue de Turin, n° 8.
Cet hôtel est élevé partie sur caves et partie sur sous-sol. Les fondations
sont en moellons et pierre de roche Laversine; le socle de la façade sur la
rue est en pierre de roche Laversine, le surplus en pierre tendre (Banc royal
et Vergelé); la façade sur la cour est en pierre de roche et pierre tendre;
la tourelle est en briques, la couverture en ardoises; les lucarnes sur la
rue sont en pierre, celles sur la cour sont en bois; dans la cour, près le
perron d’angle, est une marquise en fer forgé. La décoration intérieure des
appartements (style Louis XIV) est simple mais soignée. Les appartements
du rez-de-chaussée, habités par le propriétaire, ont seuls été décorés avec
luxe.
Cet hôtel a coûté 201,900 francs, non compris les communs. En voici le
détail :

Terrasse 1,200 fr.
Maçonnerie, carrelage 102,000
Charpente 6,000
Serrurerie . 25,000
Menuiserie 22,000
Peinture, vitrerie, tenture . . . 12,000
Couverture, plomberie, zingage. 5,000
Pavage, granit, bitume 2,500
Miroiterie 2,000
Dorure . 4,000
Gaz 1,200
Sculpture 10,000
Marbrerie 3,000
Fumisterie 6,000

Total 201,900 fr.

La surface couverte par les constructions étant de 217 mètres, le mètre
superficiel revient donc à 930 fr. 42 c.

Hôtels privés. — 3e classe. — 1er Type.— Élevé sur caves
et sous-sol, d’un rez-de-chaussée, d’un étage et d’un comble
habitable; un seul escalier; eau de la Ville.
Bonne construction: mur de façade en pierre de taille, les
autres en moellons ; murs intérieurs en briques, escaliers en
bois, planchers en fer, comble en charpente (chêne), couver-
ture en ardoises, parquets en chêne, menuiserie soignée (mais
en chêne et sapin), peinture soignée; quincaillerie, mar-
brerie, etc., de premier choix et même un peu luxueuses.
Prix moyen de revient du mètre sup. de terrain bâti, de
Û00 à Û50 fr.
2me Type. — Élevé sur caves et sous-sol, d’cm rez-de-chaus-
sée, d’un étage et d’un comble; construction de 2’ue ordre:
murs extérieurs en moellons, murs intérieurs en pans de bois,
escalier en bois et briques, planchers et combles en bois de
chêne, couverture en zinc, eau de la Ville; parquets mi-partie
chêne mi-partie sapin ; menuiserie et peinture ordinaires, quin-
caillerie, marbrerie, etc., du commerce et sans aucun luxe.
Prix moyen de revient du mètre sup. de terrain bâti, Û00 fr.

— Exemples particuliers. Spécimens A3, pl. 1 et 2, rue de Balzac, nos 10
et 12. Ces doux petits hôtels accouplés datent de 1855-56 et sont distribués
suivant un môme plan. Une très-stricte économie avait été recommandée
à l’architecte, qui s’interdit, en conséquence, toute espèce de luxe dans la
décoration, et réduisit même la construction aux dernières limites du bon
marché. Les travaux ont été exécutés à forfait sur une base de 300 fr. le
mètre superficiel, ce qui ne donne pour la dépense de chacun de ces deux
hôtels qu’une somme de 25,000 fr., les clefs en main.
La construction est en moellons, briques et pans de bois ; les planchers
sont en sapin ; les appuis de fenêtres, les seuils et les perrons sont en pierre ;
la couverture des brisis et terrassons est en zinc. Les fondations reposent sur
un tuf que l’on rencontre à un mètre au-dessous du sol de la rue.
MAISONS A LOYER.
Les maisons à loyer ou « maisons de rapport », comme on
les appelle souvent, offrent moins de prise à la fantaisie et au
caprice que les hôtels privés et les villas, et leur construction
étant plus uniforme, il est plus facile de les ramener à un type
général dont le prix moyen de revient, par mètre superficiel,
repose sur des bases plus stables et mieux connues.
Maison a loyer. — lre classe. — Élevée sur caves et sous-
sol, d’un rez-de-chaussée, de quatre étages carrés et d’un
comble. Escalier principal et escalier de service.
La première classe des « maisons de rapport » ne comporte guère que quatre
étages, attendu la hauteur considérable donnée généralement aux grands
appartements.
Au rez-de-chaussée, sur la rue, boutiques et magasins, dans
la cour, écuries et remises; grands appartements aux trois
premiers étages ; petits appartements au quatrième ; le comble
réservé aux logements des domestiques; calorifère dans le
sous-sol, chauffant l’escalier, le vestibule et la loge du con-
cierge. Eau de la Ville ; éclairage par le gaz du vestibule et de
l’escalier.
Bonne construction : la façade sur la rue et celle sur la
cour en pierre de taille ; les murs de refend en moellons et en
briques ; l’escalier en pierre jusqu’au 3me étage, le surplus,
ainsi que l’escalier de service, en bois ; tous les planchers en
fer, le comble en chêne, les parquets aussi en chêne (à l’an-
glaise et à point de Hongrie) ; les grands appartements des trois
premiers étages richement décorés ; la menuiserie, la quin-
caillerie, la marbrerie, etc., de premier choix; la peinture
établie avec soin, moulures dorées, etc.
Prix moyen de revient du mèt. sup. de terrain bâti, de
1050 à 1100 fr.
— Exemple particulier. Spécimen A1, pl. 1 à 5, avenue de l’impératrice.
Cette maison, construite en 1857-58, est élevée sur caves d’un rez-de-chaus-
sée, de quatre étages carrés (le quatrième formant retraite sur l’avenue de
l’impératrice) et d’un comble. Les fosses sont établies en contre-bas des
caves. La construction est de premier ordre. La façade sur l’avenue (y compris'
l’étage en retraite) et celle sur la cour sont en pierre : l’assise de socle, sur
l’avenue, en Commercy, le rez-de-chaussée et l’entre-sol en Abbaye-du-Val,
le premier et le deuxième étage en banc royal de Méry, l’étage en retraite
et les faces sur la cour en Vergelé fin, les balcons en liais. Les murs de
refend sont en briques : au rez-de-chaussée en briques de Bourgogne et
ciment, aux étages supérieurs en brique F. B. Tous les planchers, à part le
faux plancher qui est en bois, sont en fer, hourdés en briques creuses. La
menuiserie, la marbrerie, la quincaillerie, etc., sont traitées avec luxe. L’es-
calier, le vestibule, la loge du concierge et les antichambres sont chauffés
par un calorifère établi dans les caves.
Toutes les cuisines sont pourvues d’eau ; les eaux de la Ville ne s’élevant
qu’à la hauteur du deuxième étage au-dessus de l’entre-sol, un réservoir a
d’abord été établi à cette altitude, puis un second a été construit à la hauteur
du troisième étage; ce second réservoir est alimenté par le premier au moyen
d’une pompe. Ces réservoirs sont établis dans la petite cour de service, au
long du mur mitoyen. Les eaux ménagères sont envoyées directement dans
l’égout public au moyen de conduites en fonte; les eaux des écuries sont
conduites par des caniveaux dans un puisard, pour de là être rejetées dans
l’égout au moyen d’une pompe, le radier de cet égout se trouvant être en
contre-haut de celui du puisard.
Cette construction offre une particularité : les écuries sont établies dans le
sous-sol et sous la cour même de la maison.
La superficie totale du terrain est de l,138m.22; les servitudes occupées
par les parties plantées ont une surface de 241m.78, ce qui laisse pour le
terrain utilisé en construction et en cours 895m.44, ainsi répartis :
loading ...