Epictetus
Manuel D'Épictete, Et Extrait De Ses Autres Ouvrages — Dresde, 1799 [VD18 13767356]

Page: 107
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/epictetus1799/0097
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
qne vou.t avez daigne m'y aàmettre, pour me
jaire voir tous vos ouvrages, et pour etaler a
mcs yeux l'ordre admirable avec lequel VOUS
gouvernez cet Univers.

8.

Qu’est-ce que le sens-commun ? Comme
il y a dans tous les hommes une ouïe générale et
commune, qui fait qu’ils discernent ëgalement
les voix, et qu’ils entendent toutes les paroles
que l’on prononce; mais il y a une autre oui'e,
une ouie artisicielle, qui discerne et note les
tons: il y a de mêine dans tous les honimes
tm certain sens naturel, qui, lorsqu’ils n’ont
pas quelque defaut inarqué dans l’esprit, fait
qu’ils entendent egalement tout ce qu’on leur
projiose; et cette dispoiition égale dans tous
les hommes, c’est ce que l’on appelle fens-com-
muu.

9-

Les hommes mousne se prennent non plus
aux preceptes de la Philosophie , que le sro-
mage mou à l’hameçon. *)

10.

Comme il n’est pas au pouvoir de l’horame
de donner son consentement à ce qui luî pa-
roît faux, et de le refuser à ce nui iui paroît
vrai, il ri’est pas non plus en son pouvoir de
rejetter ce qui lui paroît bon, L’Epicurien qui
clit: que le vol n'.ft pas uu mcd, iïiais queç'esl
uu mal d'ètre furpris, volera certainement3
s’il peut ie faire sans qu’on ie vove.

*) C’est un mot du Phîlrtsophe sî'on, qni, sur ce qu’on
lu; rep'ochoit qu’il ne s’attachoî' pos à u- jcune hum*
me pour te rcndre verrueuî!, répondit: 11 rt’ésc fas süî*
sible de ptxndrc à l’hamsçon U sromage niou.
loading ...