Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 31.1885

Page: 138
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1885_1/0147
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LE VITRAIL

(premier article)

Architecture française n’a pas eu, pendant
plusieurs siècles, de plus brillante décoration que
le vitrail, et c’est en France, à l’époque où s’est
formé l’art national, que furent faits les premiers
\/y essais de décoration translucide. Quelques écri-

vains ont reculé jusqu’aux premiers siècles de l’ère
chrétienne l’application du verre coloré à l'éclai-
rage des édifices. C’est méconnaître à la fois les
monuments, les textes et la logique même de l’art.

Tant que les murs furent décorés sur leur face
intérieure par des peintures murales ou des mosaïques, ce mode de
décoration dut exclure tout autre éclairage que la lumière blanche,
directe ou transmise à travers des vitres incolores. Est-il possible
de supposer la mosaïque éclairée par des rayons colorés qui en mo-
difieraient les tons ? C’est évidemment à l’époque oii les parties
pleines des murs furent diminuées par l’ouverture de larges baies,
et divisés par les saillies des piliers portant les voûtes, que l’ar-
chitecte dut avoir la pensée de transporter sur la surface vitrée la
décoration qui n’avait plus de place sur les murs. Aucun passage
des auteurs anciens n’indique d’ailleurs avec certitude l’existence
du vitrail avant le xie siècle.
loading ...