Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Per. 19.1898

Page: 45
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1898_1/0053
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ALEXANDRE R0SL1N

(premier article)

Un ouvrage qui fait encore autorité en fait d’histoire artistique,
le Dictionnaire des Peintres de Siret, s’exprime ainsi au sujet de
Alexandre-Charles Roslin :

« Roslin (Alexandre), É. Fr., 17SS (?)-1793. Suède. Portrait.

» S'établit à Paris et y fut nommé membre de VAcadémie en 1753.
Imitation habile des étoffes et des accessoires, sentiment nul, dessin
peu correct, mauvais coloris. » 1] est difficile, en aussi peu de mots,
d’être plus inexact et plus injuste.

Voyons tout de suite l’inexactitude. Elle porte sur la date de
naissance de l’artiste, que l’auteur a, du reste, prudemment accom-
pagnée d’un point d’interrogation; il semble difficile, en effet, de
l’admettre, si Roslin— et sur ce point il n’y a pas de doute — est
entré en 17o3 à l’Académie Royale de peinture et de sculpture, ce
qui le ferait académicien à vingt ans. On sait d’ailleurs aujourd’hui
que Roslin naquit en 1718. Jal, en qui l’on peut avoir pleine con-
fiance, dit avoir eu entre les mains son acte de naissance qui porte
que : Malmagiæ (Malmœe), anno Domini 1718, die mensis julii vice-
simo... fut baptisé le jeune Alexandre, filius medicinæ doctoris et
mediciprovincialis celeberrimi domini Johannes Roselin (sic) h

Quant à la façon dont Siret apprécie le talent de l’artiste, elle
nous semble aussi peu justifiée. Sans doute, Roslin ne fut pas une des
i. L’acte a été publié in extenso dans le Bulletin de l’Art français, ii, p. 82.
loading ...