Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Per. 19.1898

Page: 175
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1898_1/0188
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
BIBLIOGRAPHIE

175

qu'ils se sont parfois repassé, de génération en génération, un nom illustré
par un ancêtre, et qu’on se trouve souvent devant des œuvres qui ne sont même

pas le reflet de celles que le
grand ancêtre du même
nom avait jadis composées.
Pour n’en citer qu’un exem-
ple, il serait tout à fait in-
juste d’attribuer au célèbre
Tor ii Ki y omi tsu un e es t amp e
reproduite dans l’ouvrage
de Strange (pl. 24), et citée
de nouveau par M. de Seid-
litz, qui n’est que l’œuvre
fort médiocre d’un faux
K i yom i tsu, con lemporai n
d’IIokousaï.

Toute la première par-
tie du livre fixe avec beau-
coup de pénétration et un
grand sentiment artistique
les caractères si profon-
dément originaux de Part
graphique des Japonais, les
procédés techniques de leur
gravure sur bois et l’in-
fluence que, depuis 1860, les
premières estampes japo-
naises parvenues en Europe
auront exercée sur un grand
nombre d'artistes contem-
porains. L’auteur a su fort
bien rattacher l’art de l’es-
tampe, qui ne naît au Japon
qu’à la fin du xvn° siècle, à
tout un développement ar-
tistique antérieur et aux
célèbres écoles de peinture
qui sont les grandes surpri-
ses que cet art admirable
nous réserve. C’est ainsi
qu’on peut suivre l’école de
Tosa, d’un nationalisme si
aristocratique, jusque dans
les estampes des Torii et
de l’école vulgaire, et re-

k s t .v m p r n f. l’époque primitive (a u t e i: h tx c o n x u ) trouver chez les paysagistes
(CollficLion de M. Vovcr, Paris.) clll début du XIXe siècle les
loading ...