Institut Egyptien <al-Qāhira> [Editor]
Mémoires présentés à l'Institut Egyptien — 7.1914

Page: 70
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/meminstitutegyptien1914/0102
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
— 70 —

M. Juba de Lhotellerie, qui est bien connu des malacologues par ses recherches
en Algérie et en Egypte, avait fait de 1871 à 1876 et de 1878 à 1879 deux fruc-
tueux séjous, à Alexandrie, et, grâce à ses recherches, à celles du Dr Gaillardot, du
capitaine Horsfall, du conseiller Letourneux et surtout à celles de Henry H. Calvert,
vice-consul britannique, il avait amassé une belle série régionale et avait même
ébauché un catalogue de cette faune. Mais, par suite de circonstances que j'ignore,
une bonne partie de cette série a disparu... et, lorsqu'au décès de M. de Lhotellerie
je fis l'acquisition de ces collections, je pus constater que je possédais à peine la
moitié des espèces portées sur ses listes. Quant à la collection Calvert, elle devait
être fort importante, car le zélé amateur avait pratiqué bon nombre de sondages sur
le littoral. Malheureusement, lors du pillage d'Alexandrie ces collections furent sac-
cagées, tandis que leur possesseur succombait de la fièvre typhoïde (1).

Ce sont donc les épaves de la collection de Lhotellerie que j'ai pu sauver à
mon tour. Et en utilisant cette série, puis les récoltes de M. Pachundaki, des PP. de
Bélinay et Teilhard de Chardin, et en compilant dans Carus, Bucquoy, Dautzenberg
et Dollfus, Monterosato, Sturany, jefîreys, toutes les indications relatives à l'Egypte,
j'ai pu dresser le présent catalogue qui termine la série desfaunules locales du Nord
de l'Afrique dont je poursuis l'établissement depuis 1900.

La côte égyptienne offre peu de stations coquillières ; on n'y trouve pas de ces
belles plages où les coquilles arrivent nombreuses et intactes. «Il y a près d'un an,
m'écrivait le P. de Bélinay en 1905, que je fouille la côte entre Aboukir et le fort
du Marabout, sur 30 kilomètres environ. Côte effrondée, rocheuse, faite de dunes
siliceuses liées par un ciment calcaire. Les grandes coquilles arrivent brisées et
l'on ne trouve guère que les petites espèces en assez bon état.....»

J'avais prié M. Pachundaki, de l'Institut Egyptien, de m'envoyer des échantil-
lons du sable d'Alexandrie; c'est du sable à gros grains et à éléments granitiques,
fort peu propre au développement des coquilles mais excellent en revanche pour
leur usure.

Dans le port vieux, les petites espèces ne sont pas rares, mais elles sont forte-
ment roulées : les Bittium et Rissoa, dominent dans le sable de cette provenance.

Au Mex, près le phare, les coquilles quoique roulées sont en meilleur état. On
y trouve beaucoup de Bittium, Rissoa, Phasianclla, petits Trochidés, Pleurotomes
et Caecum.

Enfin à Ramleh et Ibrahimieh, les Rissoidés sont communs et en bon état.
Dans la correspondance de feu J. de Lhotellerie, je n'ai trouvé que quelques

(1) Une notice nécrologique a été publiée à celte époque dans Ylllustraled Londqn
News,, avec le portrait de Çalvet.
loading ...