Omont, Henri [Editor]
Dessins des sculptures du Parthénon: attribués a J. Carrey et conservés a la Bibliothèque Nationale accompagnés de vues et plans d'Athènes et de l'Acropole — Paris, 1898

Page: 7
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/omont1898/0011
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
6 évidence
cu'ésistéà

étudier ici
naIyser Ies
^gesdéjà
CoI%n0n,
1 des dix.
ion de ces
oûtenu, et
Qes qui les
Qt la cou.
Bibliothè-

ATHËNES AU XVII» SIÈCLE

n° 1.
n°{.

a°l.

H°l.

itent au
célèbre
e (vers
ervé en
n, il est
jro pro-

Kaikias<

i de ving'
G. Voigt»
, 283, et
'p. l«t

visoire 458 des manuscrits de la Collection Hamilton1.
D'après le récit2 qu'il a laissé de ses voyages, on sait
que Cyriaque d'Ancône se trouvait en Grèce en 1435 et
c'est à cette date qu'où peut, suivant toute vraisemblance,
rapporter ce dessin. Si on laisse de côté les petites vues de
l'Acropole et du Parthénon, représentées sur d'anciennes
monnaies d'Athènes\ c'est le premier en date des dessins
qui nous aient conservé une image du Parthénon. Il est
accompagné d'une légende, reproduite sur la planche
môme et dont voici la transcription :

« Et, quod magis adnotari placuit, extat in summa
civitatis arce ingens et mirabile Palladis divae marmo-
reum templum ex Phidia. Divum quippe opus, quod
lviii. sublime columnis, latitudinis p. vu. diametrum
habens, ornatissimum prseclaris imaginibus in frontes-
piciis ambobus, et intus in summis parietum listis ac
epistiliis ab extra, quibus et Centaurorum pugna mira
fabrsefactoris arte conspicitur. »

Depuis son entrée, en 1882, au Musée de Berlin, ce

0

dessin de Cyriaque d'Ancône a été l'objet, la même année,
d'une double reproduction en phothogravure et d'une
double étude de M. Ad. Michaelis, dans YArchaeologische
Zeitung", et de M. Th. Mommsen, dans le Jahrbuch der
kœniglich-preussischen Kunstsammlungen* ; on nous per-
mettra de renvoyer simplement aux mémoires de ces
deux savants.

Le second dessin de la même façade occidentale du
Parthénon, reproduit sur la même planche, est emprunté
au recueil de monuments d'architecture formé, vers 1465,
par l'architecte italien Franscesco Giamberti, dit San-
Gallo6, et conservé à Rome dans la bibliothèque Barbe-

1. N° 254 du catalogue de vente. — Cf. une notice de M. W. Wattenbach
sur ce ms. dans le Neues Archiv (1883), t. VIII, p. 337.

2. Kyriaci Anconitani Itinerarium, éd. L. Me.hus (Florentia;, 1742, in-8°).

3. Cf. E. Beulé, Les monnaies d'Athènes (Paris, 1858, in-4°), p. 394-396-
Voici la reproduction des revers de deux exemplaires conservés au Cabinet
des médailles de la Bibliothèque Nationale :

Ces monnaies de bronze peuvent
remonter à la première moitié du ,/"

IIe siècle de notre ère et avoir été
frappées sous Hadrien; la face lîsl
porte une tête de Minerve cas-
quée, ^^l. -'' • ~£0r

4. Tome XL (1882), 1883, col. 367-384, et pi. 16.

5. Tome IV (1883), p. 73-89, et planche (la même que dans YArchaeolo-
gische Zeilung).

6. Cf. Eug. Mûntz, tes arts à la cour des Papes (1879), t. II, p. 16 et 306-
307; et dans les Mémoires de la Société nationale des Antiquaires de France
(1884), t. XLV, p. 247-252.

7. Ms. n° 822, fol. 28. — Spon avait vu ce recueil en passant à Rome
(Voyage d'Italie, etc. Lyon, 1678, in-12, t. II, p. 179; Amsterdam, 1679, t. I,
p. 137).

8. Athènes, t. I, 33.

9. Tome XL (1882), 1883, col. 371-372.

10. « Je me persuadois encore que la représentation du portique du
temple de Minerve méritcroit vostre agréement par ellemesme, et sa rareté,
qui le rend unique, personne ne l'ayant jamais dessigné. Mais je suis obligé
de perdre les idées favorables que j'avois de ces foibles eforts... » (Archives
du ministère des Affaires étrangères, Consulats : Constantinople, à la date).

il. Inventaire des dessins exécutés pour Roger de Gaignières, par H. Bou-
chot (Paris, 1891, 2 vol. in-8°), n- 6464. Cf. Ad. Michaelis, Der Parthénon,
p. 97. — On conserve encore, au Département des Estampes, dans le tome
L de la Collection Lallemant de Belz (Vx 50, p. 141), une figure de fantaisie
du « Temple de Minerve à Athènes » ; voici une reproduction très réduite
de l'original, qui mesure 150 millimètres sur 280.

rini7. Un fac-similé lithographique du feuillet entier du
recueil de San-Gallo, sur lequel est reproduit ce dessin, a
été donné par le comte de Laborde8 et M. Ad. Michaelis a
reproduit la façade orientale du Parthénon, d'après ce
même dessin, dans YArchaeologische Zeitungi. Ce croquis
de San-Gallo, il est facile de le remarquer, est emprunté,
peut-être d'une façon indirecte, au recueil de Cyriaque
d'Ancône.

La planche XXV contient également deux dessins de la
façade occidentale du Parthénon. L'auteur de ces dessins
ou plutôt de ce dessin, car l'un n'est que la copie de l'autre
est inconnu ; mais un passage d'une lettre du marquis de
Nointel à Colbert, datée de Constantinople, le 7 septembre
1676, apprend que l'ambassadeur avait fait exécuter par
l'un de ses peintres, qu'il ne nomme point, un dessin de
l'une des façades du Parthénon et l'avait précédemment
envoyée au ministre'0. L'original probable de ce dessin,
que Nointel se proposait de faire graver et qui est accom-
pagné d'une pompeuse dédicace latine à Louis XIV, est
aujourd'hui en la possession de M. Clermont-Ganneau, qui
nous a très gracieusement permis de le reproduire. Sur la
même planche se trouve une copie de ce dessin, facile-
ment reconnaissable à la négligence de nombreux petits
détails ; après avoir fait partie des collections de Gaigniè-
res", elle est aujourd'hui conservée dans le volume Vd 5
de la Topographie (Grèce) du Département des Estampes
de la Bibliothèque Nationale.

Les planches XXV, XXVI et une partie de la planche
XXVII offrent la reproduction d'une série de dessins médio-
cres des sculptures du Parthénon, exécutés pour Gravier
d'Ortières12, qui avait reçu de Louis XIV mission de visiter
les ports du Levant, en 1685, 1686 et 1687, en même

12. Le « Journal du voyage du sr d'Ortières, contenant les négociations
et les règlemens qu'il a faits dans les Eschelles », est conservé à la biblio-
thèque royale de Munich, cod. gall. 626. Gravier d'Ortières fit deux voyages
en Orient : le premier à Constantinople, à Chypre et en Syrie, de septembre
1685 au mois d'août 1686; le second en Egypte, Chypre, à Athènes, Salo-
nique, Smyrne et retour par Malte, d'avril à novembre 1687. 11 était accom-
pagné d'un ingénieur, le sieur Plantier, auquel on doit les plans et dessins
qui accompagnent la relation de son premier voyage, ainsi qu'en témoigne
le certificat suivant, dont une copie se trouve aux pages 249-250 du tome Ier
du Journal de D'Ortières (Bibl. roy. de Munich, cod. gall. 626) :

ci Certificat concernant les plans et desseins du Voyage de Levant.
« Estienne Gravier d'Ortières, etc. Nous certiffions à Sa Majesté avoir examiné
et vérilfié sur les lieux les plans, desseins, veues, coupes, oslévations, profils
et dévelopemens des costes, ports, rades, mouillages, villes et forteresses où
loading ...