Recueil des notices et mémoires de la Société Archéologique du Département de Constantine — Sér. 3,3=24.1886-1887(1888)

Page: 37
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/recconstantine1886_1887/0057
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
INSCRIPTIONS CHRÉTIENNES

trouvées
de 1884 a 1886

DANS LES FOUILLES D'UNE ANCIENNE BASILIQUE

A CAUTHAGE
Par le R. P. DELATTRE

MISSIONNAIRE D'ALGER

Les amis de l'archéologie de Carthage connaissent
déjà la découverte d'une ancienne basilique chré-
tienne dans un terrain situé sous les remparts de la
ville antique et appelé par les indigènes Damous-el-
Karita (1).

Ce monument, qu'une série d'observations et de
sondages nous a fait découvrir, en rase campagne,

(1) Cetle appellation, dont le premier mot seul a un sens arabe,
parait venir du latin Domus Caritatis, comme Bordj-el-Konsou,
nom d'un village de l'Algérie, vient de Burgus Consulis. Si l'on
met en parallèle le mode de transformation de ces deux dénomina-
tions dans leur passage du latin au langage arabe, l'analogie est par-
faite. En effet, d'un côté comme de l'autre, le premier mot, sans per-
dre beaucoup de sa forme et de sa prononciation primitives, est
remplacé par un terme tout-à-fait arabe Domus, maison, devient
Damous,- souterrain, et Burgus, château-fort, devient Borc/j, qui con-
serve le même sens. Quant au second mot, dans les deux cas, il
perd sa dernière syllabe et l'article arabe el intervient pour continuer
la relation des deux termes. Ainsi, Caritatis devient el-Karita et
Consulis devient -el-Konsou, avec la prononciation latine de l'a,
comme dans Darnous de Domus. Une telle analogie ne rend-elle pas
vraisemblable l'étymologie de notre Damous-el-Karita ?
loading ...