Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 19.1897

DOI issue: DOI article: DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.12159#0029
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
LES NexiSst DE MANÉTHON

23

LES Nekùeç DE MANÉTHON ET LA TROISIÈME ENNÉADE HÉLIOPOLITAINE

par

Émile Chassinat

Les découvertes faites l'hiver dernier dans la nécropole cl'Abyclos, à Om el-Ga'ab,
remettent en question l'existence des dynasties antérieures à Ménès. Les nouveaux
noms royaux mis au jour par M. Amélineau auraient été, selon lui, portés par des
personnages appartenant à la dynastie transitoire qui a, d'après Manéthon, succédé
aux dieux et tenu en mains le pouvoir avant que celui-ci ne passât définitivement aux
hommes1. Ces rois, qui formaient la troisième et dernière dynastie préhistorique, por-
taient le nom de Nexueç. Rien, jusqu'à présent, n'avait pu faire supposer qu'il y eût, dans
les listes relatives à cette période reculée, autre chose qu'un fragment de la chronique
fabuleuse dont nous retrouvons chaque jour des traces dans les textes égyptiens. Bien
plus, l'étude des deux premières dynasties divines avait amené M. Maspero à com-
parer celles-ci aux deux ennéades principales du système héliopolitain : la troisième, par
analogie, devait pouvoir se superposer à la troisième neuvaine citée plus rarement et
dont la composition n'est pas connue. Puis, toujours, par conjecture, M. Maspero
avait alors avancé qu'il était possible que « les divinités secondaires des morts,
surtout les quatre enfants d'Horus », en fissent partie2. Depuis, ayant eu à revenir
sur ce sujet, il s'en tint à sa précédente hypothèse, tout en la complétant un peu,
en disant que les Enfants d'Horus et Anubis formaient la dernière ennéacle et qu'elle
était chargée de protéger le soleil mort, la seconde neuvaine ayant surtout à veiller sur
le soleil vivant3. Bien que je n'aie aucunement l'intention cle combattre ou cle défendre
la thèse de M. Amélineau, et d'attribuer à telle ou telle dynastie antérieure ou posté-
rieure à Ménès les Pharaons qu'il a retrouvés, je crois utile et d'un intérêt général de
tenter de dissiper un peu l'indécision qui pèse sur la nature et la composition de la
dernière lignée divine qui a régné sur terre, et de montrer en môme temps combien
il est difficile d'admettre qu'elle ait eu une vie réelle, comme le pense M. Amélineau.

Je ferai remarquer tout d'abord qu'il y a identité parfaite entre la version grecque
et égyptienne en ce qui concerne l'origine de la royauté : le monde au début aurait été
gouverné par une dynastie de dieux à laquelle une autre, composée cle demi-dieux,
aurait succédé, remplacée à son tour par un nombre indéterminé de Mânes, prédéces-
seurs immédiats des souverains humains. Telle est la version de Manéthon conservée
par Le Syncelle. Le Papyrus Hood ne procède pas autrement clans l'énumération qu'il
donne des êtres : "iM, JjjL, 5, $l (je supprime à dessein l'élément féminin)4,

i \—l _/J f w 1 ? J/lD t/wwv\ J/Ld

mais il ne fait aucune distinction entre les dieux et les demi-dieux qu'il désigne par un

1. Amélineau, Les nouvelles Fouilles d'Abydos, p. 24 et 45.

2. Maspero, Études de Mythologie et d'Archéologie égyptiennes, t. ii, p. 292; aussi p. 353, 371, 379.
3 Masprro, Histoire ancienne des Peuples de l'Orient classique, t. i, p. 143.

4. Maspero, ..Evades égyptiennes, t. ii, p. 7.
 
Annotationen