Terrasson, Jean
Séthos, Histoire Ou Vie Tirée Des Monumens Anecdotes De L'Ancienne Egypte: Traduite d'un Manuscrit Grec (Band 1) — Amsterdam, 1732

Page: 165
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/terrasson1732bd1/0195
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LIVRE VI. 16$
non-seulement des citoyens de Carthage, mais
encore de toutes les Villes bâties depuis deux
cens ans par ce Héros aux environs de celle-
là , & qui remplissoient la Zeugitane. Ainli
Zoros forma en très-peu de temps un Etat con-
iiderable: Mais pour rendre plus douce son au-
torité naissànte, il crut devoir donner au Gou-
vernement une apparence d’Aristocratie. Ainli
il institua un Sénat composé de dix citoyens
de Carthage , 6c de deux autres de chacune
des autres Villes, &: il ne retint pour lui que
le titre de Prince du Sénat. Voilà la vraye
origine de Carthage, sélon mes mémoires, &
même telle qu’on la trouve en ralsemblant les
témoignages de Philistus, d’Appien d’Alexan-
drie , 8c de quelques autres de nos Auteurs.
Car l’histoire de Didon est posterieure à cette
époque de quelques centaines d’années ; & il
est certain d’ailleurs que cette Princelse fugiti-
ve n’a bâti dans cette Ville déjà fondée que
la citadelle de Byrsa.
Le Grand-Prêtre auroit connu le nom du
jeune Carthaginois dont la réputation étoit déjà
fort répandue; mais il ne vouloit se nommer
qu’au Grand-Prêtre, dans la pensée de s’atti-
rer plus d’égards par cette préférence. Il ne
connoissoit pas encore le caraétere de ces hom-
mes inssexibles, qui dans les pratiques de Re-
ligion ne distinguoient personne. Le Grand-
Prêtre lui envoya dire que ce n’étoit point dans
le temple qu’il le recevroit, & qu’il falloir se
zirésenter à la porte de leur maison. Que ce-
pendant il auroit pu se dispenser de publier
ui-même une action qui avoit besoin d’être
expiée; & que c’étoit aux Prêtres seuls qu’il
en devoit venir expliquer les circonstances. Le
Car-
loading ...