Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Vingtieme = Siecle De Louis XIV., Tome I): Siecle De Louis XIV. — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794249]

Page: 86
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd20/0094
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
86 ECRIVAINS

D’aguesseau {Henri-François) chancelier, le plus
savant magistrat que jamais la France ait eu , possédant
la moitié des langues modernes de l’Europe , outre le
latin , le grec et un peu d’hébreu, très - instruit dans
l’histoire , profond dans la jurisprudence , et ce qui est
plus rare , éloquent. Il fut le premier au barreau qui
parla avec force et pureté à la fois ; avant lui on fesait
des phrases. Il conçut le projet de réformer les lois ,
mais il ne put faire que quatre ou cinq ordonnances
utiles. Un seul homme ne peut suffire à ce travail
immense que Louis XIV avait entrepris avec le secours
d'un grand nombre de magistrats. Mort en 1751.
Banc HE T ( Antoine ) né à Riom en 1671, a réuffî
à l'aide du musicien dans quelques opéra , qui sont
moins mauvais que ses tragédies. Son prologue des jeux
séculaires au-devant iïHéfîone pâlie même pour un très-
bon ouvrage , et peut être comparé à celui d’Amadis :
on a retenu çës beaux vers imités RHorace.
Père des saisons et des jours ,
Fais naître en ces climats un siècle mémorable.
PnilTe à ses ennemis ce peuple redoutable
Etre à jamais heureux , et triompher toujours !
Nous avons à nos lois asservi la victoire 5
Aussi loin que tes feux nous portons notre gloire.
Fais dans tout l’univers craindre notre pouvoir.
Toi qui vois tout ce qui respire ,
Soleil, puisses - tu ne rien voir
De si puissant que cet empire !
C’eft dans ce prologue qu’on trouve les ariettes qui
servirent depuis de canevas au poète RoujJ'eau pour
compoier les couplets essrénés qui causèrent sa disgrace.
loading ...