Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Vingtieme = Siecle De Louis XIV., Tome I): Siecle De Louis XIV. — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794249]

Page: 458
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd20/0466
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
45§

v IC T 0 R-A M E D É E.

CHAPITRE XVII.
Traité avec la Savoie. Mariage du duc de
Bourgogne. Paix de Rysvick. Etat de la France
et de l'Europe. Mort et teftament de Charles II
roi d'Espagne.
T France conservait encore sa supériorité sur
tous ses ennemis. Elle en avait accablé quelques-
uns , comme la Savoie et le Palatinat. Elle fesait la
guerre sur les frontières des autres. C’était un corps
puilsant et robuste , fatigué d’une longue résistance ,
et épuisé par ses victoires. Un coup porté à propos
l’eût fait chanceler. Quiconque a plusieurs ennemis
à la fois ne peut avoir à la longue de salut que
dans leur division ou dans la paix. Louis XIP obtint
bientôt l’un et l’autre.
Victor- Victor - Amédée duc de Savoie était celui de tous
Amcdéi- jes prjnces , qUj preRait le plutôt sou parti, quand
il s’agissait de rompre ses engagemens pour ses inté-
rêts. Ce fut à lui que la cour de France s’adressa.
Le comte de Tejjé , depuis maréchal de France ,
homme habile et aimable , d’un génie fait pour plaire,
qui est le premier talent des négociateurs, agit d’abord
lourdement à '1 urin. Le maréchal de Catinat, aussi
propre à faire la paix que la guerre , acheva la négo-
ciation. Il n’était pas besoin de deux hommes habiles ,
pour déterminer le duc de Savoie à recevoir ses
avantages. On lui rendait son pays : on lui donnait
de l’argent : on proposait le mariage de sa fille avec
loading ...