L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 263
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0294
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
CHRONIQUE ÉTRANGÈRE.

263

preuves qu'il a données de son zèle et de son dévouement à la
science. D'après M. Gladstone, les arguments qu'invoque le
Dr Schliemann en faveur d'Hissarlik, considéré comme emplace-
ment de l'ancienne Troie, sont très-difficiles à combattre, et les
reliques qu'il a recueillies confirment ses conclusions. M. Glads-
tone, — helléniste et homériste distingué, comme chacun sait, —
diffère d'opinion avec le Dr Schliemann sur un point, l'intervalle
écoulé entre la guerre de Troie et Ylliade. D'après la chrono-
logie d'Homère, Dardanus fonda la ville de Troie six générations
avant Priam, et l'on trouve son nom dans les inscriptions égyp-
tiennes de la xixe dynastie, que la science moderne attribue au
xve siècle avant notre ère. Le Dr Schliemann croit devoir
remonter plus haut. M. Gladstone pense qu'il faut s'arrêter là.

— La célèbre collection de bijoux et camées du duc de Marl-
borough a été vendue en bloc au prix de 35,000 guinées à
M. Agnew, agissant au nom de M. Broomielow, de Manchester.
La collection avait été estimée 60,000 livres sterling; mais le
propriétaire a fait déclarer à la vente qu'il l'offrait à 35,000 livres
pour qu'elle ne fût pas dispersée.

Belgique. — Depuis plusieurs années, à chaque exposition
des Beaux-Arts, l'élection du jury de placement et des récom-
penses donne lieu à des luttes entre les artistes exposants. Les
artistes bruxellois sont divisés en deux camps : l'un qui s'est
retranché à la Taverne de l'Observatoire, l'autre qui a dressé ses
bacceries au Cercle artistique et littéraire. A l'Observatoire, les
classiques ; au Cercle, les jeunes : ici l'avenir, là le passé. Jus-
qu'ici le passé a eu la haute main dans le jury, et le salon de
Gand a laissé de sa jurydiction un pénible souvenir. Cette année,
il a été un instant question de conciliation, mais pas longtemps.
Le Cercle a fait le premier pas. L'Observatoire se montre intrai-
table. La guerre est de nouveau déclarée. Deux listes de candida-
tures provisoires sont en présence. La circulaire suivante, adressée
aux exposants, fait connaître les causes du conflit et caractérise,
en la patronnant, la liste de la réunion du Cercle :

« Bruxelles, le 16 juin 1875.

« Monsieur et honoré confrère,

« Vous aurez bientôt à procéder à l'élection du jury de place-
ment et des récompenses pour l'Exposition triennale de Bruxelles.
Cette éleccion emprunte aux circonstances actuelles un intérêt
tout particulier et sur lequel nous avons l'honneur d'appeler votre
bienveillante attention.

« L'école actuelle, vous le savez, monsieur, se divise en plu-
sieurs tendances. Le groupe d'artistes qui suit l'une d'elles et qui
a dirigé les expositions des beaux-arts dans ces dernières années
a porté l'exclusivisme de ses principes au delà des bornes de la
modération. Il les a poussés si loin que, lors de la dernière expo-
sition de Gand notamment, il a soulevé les protestations éner-
giques, unanimes, non-seulement des intéressés, mais aussi des
artistes, de la presse et de l'opinion publique.

« Pour mettre fin à ces tristes rivalités qui déconsidèrent l'art
et nuisent aux intérêts des artistes, ou tout au moins pour les
faire rentrer dans des limites raisonnables, une notable partie des
artistes faisant partie du Cercle artistique et littéraire de Bruxelles
s'est réunie et ces messieurs ont décidé que trois délégués nommés
par eux seraient priés de faire en leur nom une démarche conci-
liante près des membres de la Société qui siège à la Taverne de
l'Observatoire, et de leur proposer de dresser une liste commune
sur laquelle quatre nominations seraient laissées à leur choix, les
trois autres nous restant réservées.

« Ces messieurs ont opposé à cette proposition une fin de
non-recevoir ; tout en protestant de leurs sentiments conciliants,
ils en ont remis la réalisation à une époque indéterminée.

« Ainsi trompés dans notre espoir, nous avons arrêté une
liste composée d'artistes dont l'autorité du talent s'allie au res-
pect scrupuleux de toutes les convictions sincères. Ils feront,
nous en sommes certains, oublier les violences systématiques et
les injustices dont nous nous plaignons.

« Cette liste, dont tous les membres ont accepté la candida-
ture que nous soumettons avec confiance à votre bienveillant
examen, est composée de :

« MM. J. PortaelsetL. Dewinne, peintres d'histoire; Robie,
A. Vervée; Bouré, sculpteur; J. B. Meunier, graveur, et
De Curte, architecte.

« Agréez, nous vous prions, monsieur et honoré confrère,
l'expression de nos sentiments distingués.

j Pour la réunion,

« Les délégués : Hermans, Vanderstappen,
Joseph Gérard. »

Inde. — Le Times of India annonce qu'une exposition des
Beaux-Arts, la huitième qui ait eu lieu dans l'Inde anglaise, s'ou-
vrira vers la fin de septembre à Simla. Les fonctions de secrétaire
sont dévolues pour cette année à M. le Dr De Fabeck. Avis
aux artistes européens qui désireraient se créer de nouveaux
débouchés.

Italie. — La présidence du comité exécutif pour l'exposition
nationale des beaux-arts et le congrès artistique à Naples nous
prie d'annoncer que l'inauguration de l'exposition est renvoyée
au ier avril 1876 (elle devait avoir lieu le 1er novembre 1875).

La clôture aura lieu, conséquemment, le 31 mai 1876 ; la pré-
sentation des ouvrages prendra fin le 31 janvier 1876 et la récep-
tion aura lieu du ier au 20 février.

Cette détermination a été prise pour ne pas forcer les profes-
seurs d'Académie à s'éloigner de leurs résidences à l'époque des
cours, comme aussi pour laisser sécher les bâtiments de l'expo-
sition, qu'on construit exprès.

A la même époque, grâce à l'initiative de plusieurs membres
éminents de l'aristocratie italienne, il y aura probablement aussi
une exposition d'objets d'art antique napolitain, exposition à
laquelle concourraient les plus grandes familles de la ville. Elle
aurait lieu dans la galerie qui est en construction depuis fort
longtemps, vis-à-vis du Musée national.

Pays-Bas. — La Société Artibus sacrum organise une expo-
sition d'oeuvres d'art des maîtres néerlandais, artistes vivants.
Cette exposition aura lieu à Arnhem, du icr au 26 août pro-
chain.

Suisse. — L'Institut national genevois, section des beaux-arts,
ouvre un Concours de Peinture de paysage. Sont appelés à y
j prendre part les artistes Genevois, Suisses et Étrangers faisant
j de la peinture en Suisse. Le sujet à représenter est : Un beau
soir sur les rives du Léman. Les tableaux envoyés au concours
devront avoir au maximum im,2o, au minimum o'",8o dans leur
plus grande dimension. Us ne devront avoir figuré dans aucune
exposition. Une récompense de 1,000 francs, qui ne pourra être
partagée, sera décernée par le Jury; l'artiste couronné restera
propriétaire de son œuvre. Les tableaux de mérite qui vien-
dront ensuite pourront être classés et mentionnés par le Jury.
Les tableaux devront être envoyés franco; pour le 15 mars 1876,
à l'adresse du concierge du Palais électoral, à Genève. Le rap-
port du Jury sera lu et l'artiste qui aura obtenu le prix sera
proclamé dans la séance générale annuelle et publique de l'Institut
national genevois du mois de mai 1876. Les artistes ne pourront
retirer leurs tableaux qu'après l'exposition mentionnée ci-dessus
et en indiquant la devise que portera leur œuvre. Le programme
du Concours pourra être réclamé par MM. les Peintres au Se-
crétariat de la Section au Palais électoral ou auprès de MM. Georg,
libraires de l'Institut, à leur adresse à Bâle, à Genève et à
Lyon.

Turquie. — Dans notre Chronique étrangère du 28 février
(tome I, p. 215, 2e colonne, Orient) nous rapportions, d'après le
Levant Herald, la découverte de deux statues antiques, deux sta-
tues de femmes grandeur nature, trouvées par des moines dont
le couvent est situé en Crète, sur l'emplacement de l'ancienne ville
d'Aptère. « Les deux statues, disions-nous, vont être expédiées
au Musée de Constantinople. On compte sur le savant directeur
loading ...