L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 330
DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0367
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
L'ART.

33°

l'exécution et le charme du sentiment, la Rêverie d'enfant, de
Ch. Chabrié, médaillé du Salon de 1873.

Il faut espérer que les artistes seront récompensés de leur
louable empressement à se rendre à l'invitation de l'exposition
havrai'se et qu'un certain nombre d'acquisitions y seront faites.
En dehors du fonds social, composé du produit des entrées et des

actions émises, on peut compter sur le produit considérable d'une
loterie à un franc le billet donnant droit au tirage des achats. La
municipalité a voté une subvention de 5,000 francs qui viendra
s'ajouter à ces diverses ressources.

Je vous donnerai prochainement quelques détails.

H. Fe'noux.

CHRONIQUE ETRANGERE

Angleterre. — Le 16 juillet, à Londres, dans un meeting
public à Willi's Room, sous la présidence de M. Disraéli, pre-
mier ministre, il a été résolu qu'un monument serait élevé à la
mémoire de Byron. Il avait d'abord été question d'un monument
dans l'église de Hucknall-Torkard où Byron est inhumé ; mais ce
projet n'aurait pu être réalisé qu'en violation du vœu du grand
poète, qui n'a voulu qu'une sépulture simple et qui n'a, en effet,
sur sa tombe qu'une tablette de marbre sur laquelle est inscrit
son nom. Aussi l'opinion publique s'est-elle prononcée contre ce
projet, et une lettre de Lady Anna Noël Blunt, petite-fille de
Byron, est venue prouver que la famille y était également hos-
tile. Le meeting de Willi's Room, abandonnant ce projet, s'est
rallié à l'idée d'élever le monument à Londres. La statue de l'au-
teur de Manjred et de Don Juan se dressera sur une place
publique, mais non dans Westminster Abbey, dont ses cendres
n'ont pas obtenu l'accès après sa mort et dont une haute
influence, d'après un bruit que recueille Y Academy, lui ferme
encore aujourd'hui les portes.

Le Lord Maire de Londres, le « très-honorable » David
Henry Stone et Mme Stone, Lady Mayoress, ont offert, le samedi
17 juin, à Mansion House, un banquet à la Royal Academy de
Londres et à plusieurs notabilités artistiques et littéraires de
l'Angleterre et de l'étranger. Il y avait deux cent cinquante con-
vives, parmi lesquels sir Francis Grant, président de la Royal
Academy; sir George Gilbert Scott, sir H. Thompson, Millais,
Pickersgill, Weekes, Horsley, E. M. Ward, Sant, Stocks, Cal-
der Marshall, F. Leighton, Charles Landseer, Knight, Herbert,
Hart, Calderon, Faed, Pettie, Elmore, sir Digby Wyatt, Debson,
Frith, Ansdell, Cooke, Cooper, Cousins, membres de la Royal
Academy ; Leslie, Hodgson, Durham, Davis, Cole, Armstead,
Barlov, T. Landseer, Woolmer, Marks, Orchardson, Pearson,
Poynter, Shaw, Stephens, associés de la Royal Academy; Miss
Elizabeth Thompson, « of Roll Call celebrity, j pour parler
comme les journaux anglais; M. G. A. Sala, publiciste bien
connu, romancier à ses heures, un Maxime Du Camp humo-
riste, le docteur Schliemann (d'Issarlik), et M. Gustave Doré.

Le Lord Maire a porté un toast à la Royal Academy, et,
après la réponse de sir Francis Grant, un second toast aux
Beaux-Arts et aux Lettres en Angleterre et à l'étranger.

Sir Henry Cole, un des promoteurs du South Kensington
Muséum, a répondu pour l'art anglais; M. Gustave Doré, pour
l'art français; M. Sala, pour les lettres.

Les convives paraissent avoir été enchantés de la réception
du Lord Maire. Paris n'a pas oublié le « très-honorable » David
Henri Stone, qui fut, le 5 janvier dernier, le lion de l'inaugura-
tion du nouvel Opéra.

— A la dernière réunion de la Royal Academy, la proposi-
tion d'augmenter de dix le nombre des membres associés a été
rejetée.

— Nous avons déjà parlé du concours de dessin organisé en
Angleterre entre toutes les écoles d'art. Les dessins couronnés
sont exposés au South Kensington Muséum. D'après Y Academy,
ils attestent un grand progrès sur les concours précédents ; ils
sont très-variés de caractère; il y a des anatomies, des dessins
d'après le nu, dans toutes les attitudes, et des dessins industriels
pour la céramique, la tapisserie, la dentelle, etc. Dix médailles

28 juillet 187J

d'or, vingt-cinq en argent et soixante en bronze, ont été réparties
entre les lauréats.

MMlles Jane et Isabella Bewick, filles des célèbres graveurs
sur bois, Thomas et John Bewick, ont fait connaître leur inten-
tion de donner au British Muséum la collection complète des
épreuves de gravures de leurs pères, et de nombreux dessins de
Thomas Bewick, le plus célèbre des deux. Cette collection,
classée avec beaucoup de soin, est considérée comme très-pré-
cieuse, un grand nombre d'œuvres étant devenues rares, pour ne
pas dire introuvables.

— La vente des œuvres laissées après décès par le peintre
Frédérick Walker, associé de la Royal Academy, un jeune artiste
qui donnait les plus brillantes espérances, a produit 3,000 liv. st.
(75,000 francs). C'étaient pour la plupart des dessins et des
esquisses. On organise pour le mois de novembre une exposition
de l'œuvre de cet artiste regretté.

— Le Roll Call, le tableau qui a fait la réputation de
MUc E. Thompson, sera exposé pendant trois semaines à Oxford,
au profit des victimes des inondations du midi de la France.

— Un singulier concert a été donné, le lundi 19 juillet, à
Saint James Hall, à Londres, sous la direction d'Arditi. On a,
non pas joué, mais chanté le Faust de Gounod, tout entier, mais
en habit noir et en robe décolletée, sans décors ni costumes,
exactement comme s'il s'était agi d'un oratorio de Haendel.

— Un comité d'artistes s'est constitué à Londres, chez
M. Ch. W. Deschamps, pour organiser une exhibition payante
et une vente au profit des inondés. Ce comité est composé de
MM. Aima Tadéma, Brewtnall, Philip Calderon, Jules Dalou,
statuaire, Heywood Hardif, George Howard, Alphonse Legros,
Marks, J. de Nittis, Rajon, Tissot et Edwin Edwards. Le local
choisi est la galerie de la Société des artistes français dans New
Bond Street.

Il nous faut aussi remercier de son concours le journal d'art,
de science et de littérature, The Academy, qui ouvre ses colonnes
aux dons en nature ou en argent pour les inondés.

Belgique. — La Commission directrice de l'exposition trien-
nale des beaux-arts (Salon de Bruxelles) a procédé le 21 juillet
au dépouillement du scrutin pour l'élection des membres du j ury
de placement et des récompenses.

Au bureau siégeaient M. le sénateur de Cannart d'Hamale,
président, MM. Balat, le représentant Hagemans, Stroobant,
Bouré, Delin, Markelbach, Verhoeven-Bal, Keelhof, Frank et
Stiénon, secrétaire.

Ont été élus :

Pour les Flandres : M. Caneel, directeur de l'Académie de
Gand, 27 voix sur 31.

Pour Anvers, MM. Lagye et Van Luppen, peintres, et J. De
Brackeleer, statuaire, 59 voix sur 60.

Pour Bruxelles, il y avait lutte entre la liste du Cercle artis-
tique et celle du Cercle de l'Observatoire.

Sur 300 votants, les candidats du Cercle artistique ont ob-
tenu :

MM. Portaels, 153 voix ; De Winne, 142; Robie, 127; A. Ver-
wée, 122; Bouré, 134; J. B. Meunier, 135; De Curte, 128.
Les candidats de l'Observatoire : MM. Robert, 145; De
loading ...