L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 4,2.1902

Seite: 300
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1902/0336
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
L'ART DECORATIF

s'accomplit, et dont notre ingéniosité doit
tirer de nouvelles formes du bien-être et du
plaisir.
Un vieux relieur me faisait l'autre jour
ses doléances. « Ali ! Monsieur, on ne fait
plus de belles reliures. Autrefois, les reliures,
c'était du bon, du solide, c'était fait pour
traverser les siècles. Regardez celles d'il v
a cent cinquante ans... c'était autre chose

tude, ou de travail, ou de plaisir, dont on
se sert dans un but précis, et qu'on met au
rancart quand on en a tiré ce qu'on voulait.
Par conséquent, nous n'avons plus que faire
de vos excellentes reliures d'autrefois, et les
cartonnages-toile à l'anglaise nous con-
viennent tout à fait : il y en a d'ailleurs de
fort jolis. Estimez-vous heureux qu'il vous
reste de fidèles clients dans les bibliophiles ;

MAJORELLE
que les cartonnages-toile anglais, qui nous
ont envahi. C'est triste à voir, Monsieur,
bien triste... etc. ! H — Je scandalisai ce brave
homme en répondant : « Mon cher Monsieur,
si l'on ne fait plus de reliures selon votre
cœur, c'est que nous n'en avons plus besoin.
Le livre a été une chose autrefois, il en est
une autre aujourd'hui. Il n'est plus fait pour
traverser les siècles, ni même pour être le
compagnon des vies. Les hommes qui pas-
sent leur existence à relire Virgile, Horace ou
/tt T?V aCy GrnmnL n'existent plus.
Aujourd'hui, le livre, c'est l'instrument d'é-

remerciez la
Providence
d'avoir , dans
une humanité
pensante, agis-
sante, remu-
ante, pressée
de tirer de la
vie tout ce
qu'elle peut
donner, réso-
lue d'arracher
à la nature
ses secrets ,
laissé subsister
une race de
doux enfants,
qui placent le
bonheur dans
le collationne-
ment des auto-
graphes , des
livres rares,
ou des boutons
de régiment. «
Le cas du
meuble n'est
pasassimilable
à celui de la
reliure. Mais,
ici comme là.
la transfor-
mation sociale entraîne celle de la chose.
La déférence aux lois économiques vou-
drait que le marché nous offrit abondance
de meubles en rapport par leurs types
avec le prix que les petites fortunes d'au-
jourd'hui peuvent y mettre : il est dé-
plorable qu'elles n'y trouvent que la carica-
ture des mobiliers de Versaides, avec du
foin sous les couvertures en simili-lampas.
La fabrique du faubourg se plaint de cet
état de choses; est-il certain qu'elle fasse
tout ce qu'elle devrait pour conjurer le mal?
Voit-on trace quelque part d'essais dans le


7V Patte

Joo
loading ...