L' art pour tous: encyclopédie de l'art industriel et décoratif — 26.1887

Seite: 2670
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_pour_tous1887/0033
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
26L Année L'ART POUR TOUS N° 643

XIXe SIÈCLE — pédagogie française COMBINAISONS PRIMAIRES

Enseignement technique d'Art (N° 1) des Éléments courbes

Les Eléments des Formes par émile reiber

Les Courbes usuelles et leurs Raccords
5536 Le T"R^iTi3'ÉQUER^ç..-Le Carré, le l^ectangle} L-e Cercle*,!'Ovale . - Tangences et Raccords courbes

5538*-* La. Courbe en S . l,es Inflexions J ■ * 5540-La Spirale.

La Torsade è^~/^"r~isn "r^l

TrcLceUj,

des

J^accords coudes
18.

iA

k M

5539—La Serpentine

APPLICATIONS : 5542., Contours ovales J < 5545 , CoktôÙrs courbes

i

Ces tracés complètent les, diagrammes ou indications j 5537.— Les courbes en C procèdent du Cercle. Opposées \ sur elle-même. Chacun des demi-cercles, rapporté aux

graphiques placées en téte de notre planche 2654 : ils font symétriquement, elles peuvent appartenir, soil à deux ; axes, est prolongé par un autre dont le diamètre est moitié

voir avec quelle simplicité les éléments des formes dérivent cercles tangents (S), soit à deux cercles distants (9) ; les i plus petit. On voit, au 31, que cette courbe s'inscrit dans

les uns des autres, et s'enchaînent de façon à composer un inclinaisons de leurs extrémités peuvent être réglées par une sorte de canevas rectangulaire, qui permet de la tracer

Alphabet de signes analogues à ceux de l'écriture. des directrices obliques (10); elles peuvent être groupées j correctement à main levée (32).

5536. — L'horizontale HH de la ligne des veux (dans ) en double symétrie, comme au 11. Par leur répétition on

l'attitude droite, habituelle du corps) et la verticale VV de cn lait des crêtes (12), enfilages (13), oves (14), etc.

la ligne du nez (fig. 1) constituent par leur réunion le qua- J 5538. — Semblnblement, la courbe en 5(15), qui pro-
cède de la langence de deux cercles, et dont le point d'in-

drangle visuel (2), qui, dans la technique commune aux
divers métiers, prend le nom de trait d'équerre. Aux lignes
fictives du quadrangle visuel correspondent en pratique :
l'horizontale AB du' niveau d'eau (2) et la verticale CD du
fil à plomb. C'est à ces deux lignes (dont l'intersection
'forme quatre angles droits) que l'on a coutume, dans tous
les arts qui dépendent du dessin, de « rapporter » les

>541, — Deux cercles distants a, a (33) sont réunis en
accolade, soit par un cercle tangent (en r, raccord), dont
le centre est placé sur l'axe de symétrie, soit par deux
cercles égaux (34), tangents en (raccord). L'accolade 35

innombrables traces auxquels la pratique donne lieu. Ainsi, sur <-jes points i équidistants, pointés sur une directrice

dans la figure 3, un cercle, engendré par le mouvement rectiligne (18) ou courbe (19).

d'un point colorant a autour d'un point tixe 0, est « rap- __„„ . „„ -,

norlé à ses axes » : horizontal ab. vertical cd: ■ et les I ,;»3?. - Au 20, on voit une serpentine (cercles tangents

porté à ses axes » : horizontal ab, vertical cd; ei les
points a, b, c, d sont les points cardinaux (symétriques) de
cette figure.

Si, par ces points, on mène des parallèles aux axes, on
construit un Carré (4) dont les quatre côtés sont égaux.
Un Rectangle est produit par l'allongement de deux côlés
parallèles : en 5, sa base a une fois et demie, en 6, deux fois
sa hauteur : ces mesures constituent les proportions du

flexion est en !, peut être groupée suivant des axes de est tracée sur un quadrillage de triangles équilatéraux,

symétrie (16). Si les cercles" dont elle procède sont inè- produit par des cercles tangents égaux.— La forme de

gaux et distants, c'est l'intersection des tangentes corn- l'accolade se rencontre dans les contours des feuilles de

munes TT, tt (17) qui déterminera le point d'inflexion 1, et l'artichaut (36), des pétales des rosacées (dérivant du cinq-

les centres des arcs de raccord sont en b, b. Le tracé des tor- angle, 37), des fleurs composées (38), etc.

sades consiste en une répétition de courbes en S alignées ,T ,, . ,. ,.

Nouvelles Applications :

55'i2. — Contours de l'Ovale. Échancrures . sur l'axe hori-
zontal aux 39 et 42; sur l'axe vertical aux 40 et 41.

5543. — Contours du Rectangle (voir pl. 2654). En 43, ce
sont quatre courbes en S opposées, à brisures ou jarrets;

alignés sur une directrice) formant « retour d'angle » ; au
21, deux serpentines opposées, à éléments alternant de

dimension, forment un entrelacs. Le 22-23 est le tracé qui j en 44," des accolades en lacs* de cordons, opposées; en 45,

servait aux maîtres anciens pour faire « voltiger des deux courbes en S à brisures reclilignes ; en 46, les mêmes,

rubans » ; le 24 se retrouve fréquemment dans les bordures ) opposées, interrompues, et reliées en bas par une courbe

des vases grecs. Le 25 (serp. opposées tangentes) nous a j en C festonnée : en 47, deux accolades à volutes haut

servi à reconstituer le tissu de la planche 2644; le 28 est et bas, reliées intérieurement par un ovale en entrelacs,

rectangle. Celle construction (6) sert au tracé de VOvale (7), un se"us de /o»« pioduit par I intersection et la répétition G>est aingi l'Alphabet des Formes enseigne à com-

où les cercles primitifs, égaux et tangents, sont « ràc- de deux cours de serpentines opposées équidistantes : bmer à i'infini les éléments courbes, et permet de créer à

cordés » par des arcs dont les centres sont placés sur l'axe horizontalement au A>, verticalement au 27. volonté une immense variété de formes nouvelles. Cette

de symétrie aa, et les points de raccord sont en r, r. Ainsi, 5540. — Les tracés 29, 30 et 31 décomposent les éléments démonstration sera complétée par les figures de la

le Cercle s'inscrit au Carré, l'Ovale au Rectangle. ( de la spirale, courbe continue qui se ferme en tournant ( planche 2693.

Développements de l'Alphabet des Formes (n° 2).

2670
loading ...