Artaud de Montor, Alexis François; Gigault de LaSalle, Achille Etienne
Italie — Paris, 1835

Page: 267
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artaud_de_montor1835/0339
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
1

ITALIE.

trente-cinq heures. Ferdinand suc-
céda à son frère François. Comme il
•J'était pas prêtre, il rendit le chapeau
de cardinal, et pensa à se marier pour
obtenir des héritiers de sa puissance.

Cependant Grégoire XIII avait con-
tinué de mériter la vénération des
Peuples; il voulut alors, après l'avoir
'ong-temps médité, rendre à la fois un
service inattendu à la religion et aux
sciences.

Rien ne contribua plus à illustrer
Sori pontificat que la réformation du
calendrier.

L'année est, suivant l'observation
des physiciens, le temps que la terre
emploie à faire une l'évolution entière
dans son orbite ; pendant ce temps ,
p soleil nous semble parcourir toute
1 écliptique , ou les douze signes du
Zodiaque. Chez les anciens, on n'a pas
déterminé d'abord, d'une manière pré-
cise; la mesura de ce temps ; les Égyp-
tiens ne l'évaluaient qu'à 365 jours :
niais comme, tandis que la terre con-
somme une révolution entière dans
son orbite, elle fait, relativement au
soleil, 305 tours et à peu près un
quart, sur son axe, ce qui compose
j année de 305 jours, et environ six
heures, on reconnut dans la suite que
'es équinoxe's reculaient tous les quatre
ans d'un jour à peu près. Pour remé-
dier à cet inconvénient, on arrêta qu'on
employerait ces six heures excédantes,
fn faisant tous les quatre ans une
année complète, d'un jour de plus que
]es autres, de sorte que cette quatrième
année est de 300 jours, et appelée
^.'ssextile (chez les'Romains, le jour
ajouté était placé le sixième jour avant
:Çs calendes de mars, et,cetteannée-
a'i il y avait deux fois le sixième jour
ayant les calendes de mars, Bisseattus
p e-v )• Cet arrangement se fit sous
'empire de Jules-César: par là, on
approcha du but, mais on ne le tou-
j*a pas tout-à-fait; car, pour qu'il
JïyeOt point eu de mécompte, il eût
jallu que |e temps employé par la terre

Parcourir son orbite, eût été exac-
tement de 305 jours et six heures;
Hais i! s'en faut d'environ onze mi-
'Wes, et cette quantité, quoique très-

207

petite, répétée pendant un grand
nombre d'années, devint si considé-
rable , qu'à la fin du XVP siècle, les
équinoxes étaient avancés de dix jours.
Le pape Grégoire XIII, après avoir
consulté les astronomes les plus célè-
bres , ordonna, par une bulle du 24
février 1582, que ces dix jours de trop
seraient retranchés, et que le 5 oc-
tobre suivant serait compté pour le
15 du même mois. Cette réforme fut
adoptée par la plupart des états de
l'Europe. Mais il ne suffisait pas d'a-
voir remédié aux erreurs que le temps
passé avait introduites, puisque la
même cause subsistait toujours.
Les astronomes consultés par Gré-
goire XIII, supputèrent, sur les repré-
sentations de ce savant pontife, que
les onze minutes ou environ employées
de trop chaque année ( en regardant
comme complètes les six heures que
la terre met au-delà des 305 jours à
parcourir son orbite), formaient un
jour entier au bout de 133 ans; alors
ils proposèrent au pape, qui voulait
régler cette réformation, même pour
les siècles à venir, d'omettre, dans
Je cours de 400 ans, trois hissextes.
Leur avis fut adopté. Dans leur sen-
timent, les années 1700, 1800 et
1900 ne devaient pas être bissextiles,
mais l'an 2000 devait l'être, et ainsi
de suite (*).

Il résulta du travail ordonné par
Grégoire XIII, que la fête de Pâques
en 1583 se retrouva à la même époque
qu'au concile de Kicée. Louis Li-
lio, médecin calabrais, Christophe
Clavius, né à Bamberg, l'Euclidc de
son siècle, fit Pierre Chacon, né à
Tolède, appelé leVarronde l'Espagne,

(*) Nous avons obéi aux savants assem-
blés par Grégoire XIII. Les ans 1700 et
1800 n'ont pas été bissextiles; nos pelits-
entanls veilleront à ce que l'an 1900 ne le
soit pas davantage. Ea réforme du calendrier
a été adoptée par toutes les puissances chré-
tiennes , e\cep!é par la Russie; Depuis peu,
011 a répandu que l'empereur Nicolas veut
l'adopter. Tous les états d'Europe reconnaî-
traient donc aujourd'hui la même manière
de compter les jours, et les Russes ne di-
raient plus 1"' (12) mars.
loading ...