Instytut Historii Sztuki <Posen> [Editor]
Artium Quaestiones — 9.1998

Page: 52
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artium_quaestiones1998/0054
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
52

JACEK KOWALSKI

s’est misę a remplacer les textes rimees. La prose paraissait plus «proche de la
verite» par son cóte apparemment plus naturel, elle augmentait la realite de l’univers
represente, elle rompait avec la rhetoriąue du discours rime (en succombant a son tour a
sa propre rhetoriąue). La prose obligeait a la description plus «veridique» de la
realite. Les auteurs des remaniements voulaient sans doute comprendre le texte et
concretiser les apparences des objets decrits. C’est pourąuoi la partie des images «ini-
maginables» a ete transformee en images vraisemblables et celles qui etaient trop
peu concretisees ont reęu des significations fort precises. Dans cette concretisation
l’experience du monde des ecrivains devait jouer un role Capital. Ils faisaient ressortir
des images schematiąues, exprimees a travers des formules traditionnelles, des ima-
ges liees de faęon tres forte a la realite. Cette liaison resultait parfois de la volonte de
comprendre de vieilles formules de faęon litterale et logiąue. Ainsi, la formule tradi-
tionnelle — U n’y a hus ne fenestre — faisant appel a la description stereotypee de
1’interieur eelaire seulement par les escarboucles a ete mai comprise et reęu diverses
explications contradictoires. Les proportions de la tour portant le miroir, la disposi-
tion des murs ont ete donc decrites conformement aux principes de 1’architecture con-
temporaine ou au moins de telle faęon qu’elles soient plus homogenes (p.ex. le copiste
souligne que si le nombre de piliers augmente, leurs dimensions diminuent). La di-
stinction entre le pilier et la colonne qui n’existait pas dans la version rimee est due a
ce travail interpretatif. II en va de meme pour la description intuitive de la „zonę
des chapiteaux”, typiąuement gothiąue et franęaise - a chaąue etage au plus grand
nombre de colonnes correspond un nombre moins grand de chapiteaux, meme un seul
chapiteau.
Ces observations montrent la persistance ferme des schemas litteraires et la
faęon dont ils evoluaient en s’approchant de la realite contemporaine et en s’y adap-
tant. La modification perceptible a eu lieu au moment oii on s’est mis a demander a
la description fantastiąue la vraisemblance plus ou moins grandę. La prose l’a rendue
plus vraisemblable par son gout de l’exhaustivite et du detail mais aussi par le re-
spect des principes de 1’architecture contemporaine.
loading ...