Ballu, Albert
Les ruines de Timgad (antique Thamugadi) (Band 3): Sept années de découvertes (1903 - 1910) — Paris, 1911

Seite: 17
Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/ballu1911bd3/0032
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
CHAPITRE II

1er

RESTAURATION DES GRADINS DU THÉÂTRE
RÉPARATIONS DU MUR DE SOUTÈNEMENT

Au théâtre, nous avons replacé une grande partie des
gradins (i) qu'à diverses époques les bâtisseurs byzantins ou
berbères ne s'étaient pas fait scrupule d'enlever pour les uti-
liser dans leurs constructions militaires ou civiles.

Les soldats de Solomon, ayant résolu d'établir un fort
qui dominât les ruines de la ville incendiée par les Maures,
eurent bien plus vite fait de se servir tout d'abord des gradins
du théâtre, formant des pierres toutes taillées sans qu'il fût
nécessaire de procéder à aucune démolition, lesdites pierres
reposant sur le sol. C'est ce qui explique que nous ayons
retrouvé plusieurs de ces gradins dans les éboulis du fort
byzantin.

Cette restauration des gradins, entreprise h l'instar de
celle du théâtre d'Orange, qui a eu tant de succès, était
nécessaire non seulement au point de vue de l'aspect des
ruines, mais aussi pour la conservation du terrain en pente
qui, composé de lamelles schisteuses, s'effritait journelle-
ment et menaçait de descendre sur l'orchestra.

La Comédie Française, représentée par M. et Mme Sil-
vain, a donné une fort belle représentation le 15 mai 1907,
en jouant Eleclre, drame lyrique de M. A. Poizat, dans
le théâtre rempli de monde. La plaine thamugadienne
était couverte des tentes des Européens et des indigènes

(1) Nous avons jugé superflu de restituer la partie supérieure des degrés
de la cavea et nous nous sommes bornés à reposer 12 rangées du 2- moe-
nianum.

2
loading ...