Barthélemy, Jean Jacques
Voyage du jeune Anacharsis en Grèce (Band 1) — Paris: Ledoux, 1824

Page: XCI
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/barthelemy1824bd1/0105
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DE J. J. BARTHELEMY. XCJ
divers gouvernemens qui la partageaient, et de la
nature du climat. Dans chaque état, les capitales,
et même des villes moins considérables étaient ex-
trêmement avides d’instruction et de gloire : elles
offraient presque toutes, aux astronomes, des ob-
servatoires; aux anatomistes, des amphithéâtres;
aux naturalistes, des jardins de plantes; à tous les
gens de lettres, des collections de livres, de mé-
dailles et de monumens antiques; à tous les genres
de connaissances, des marques éclatantes de con-
sidération, de reconnaissance et de respect.
Quant au climat, il n’est pas rare de trouver
dans cette contrée des imaginations actives et fé-
condes, des esprits justes, profonds, propres à con-
cevoir de grandes entreprises, capables de les mé-
diter long-temps, et incapables de les abandonner
quand ils les ont bien conçues. C’est à ces avan-
tages et à ces qualités réunies que l’Italie dut cette
masse de lumières et de talens qui en quelques
années l’éleva si fort au-dessus des autres contrées
de l’Europe.
J’ai placé l’Arioste sous le pontificat de Léon X ;
j’aurais pu mettre parmi les contemporains de ce
poète Pétrarque, quoiqu’il ait vécu environ cent
cinquante ans avant lui, et le Tasse, qui naquit
onze ans après; le premier, parce que ce ne fut
que sous Léon X que ses poésies italiennes, ou-
bliées presque dès leur naissance, furent goûtées,
loading ...