Barthélemy, Jean Jacques
Voyage du jeune Anacharsis en Grèce (Band 1) — Paris: Ledoux, 1824

Page: 151
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/barthelemy1824bd1/0285
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DE LA GRÈCE, PART. H, SECT. II. 131
destin d’un empire dépendre du succès d’une
bataille.
Les rois de Perse jouissent d’une autorité ab-
solue et cimentée par le respect des peuples,
accoutumés à les vénérer comme les images vi-
vantes de la Divinité \ Leur naissance est un
jour de fête 2. A leur mort, pour annoncer qu’on
a perdu le principe de la lumière et des lois, on
a soin d’éteindre le feu sacré et de fermer les tri-
bunaux de justice 3. Pendant leur règne, les parti-
culiers n’offrent point de sacrifices sans adresser
des voeux au ciel pour le souverain , ainsi que
pour la nation. Tous, sans excepter les princes
tributaires, les gouverneurs des provinces, et
les grands qui résident à la Porte a, se disent les
esclaves du roi : expression qui marque aujour-
d’hui une extrême servitude, mais qui, du temps
de Cyrus et de Darius, n’était qu’un témoignage
de sentiment et de zèle.
Jusqu’au règne du dernier de ces princes, les
Perses n’avaient point eu d’intérêt à démêler
avec les peuples du continent de la Grèce. On
savait à peine à la cour de Suze qu’il existait
1 Plut in Them. p. 12 5. — 3 Plat, in Alcib. i, t. 2 , p. 121. —
3 Diod. Jib. 17 , p. 58o. Stob. serm. 42, p. 294. Brisson. de reg.
Pers. p. 54- — a Par ce mot on désignait en Perse la cour du roi ou
celle des gouverneurs de province (Xenoph. cyrop. lib. 8, p. 201 ,
2o3 , etc. Plut, in Pelop. t. 1, p. 294 ; id. in Lysand. p. 436 ).
loading ...