Barthélemy, Jean Jacques
Voyage du jeune Anacharsis en Grèce (Band 1) — Paris: Ledoux, 1824

Page: 333
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/barthelemy1824bd1/0467
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DE LA GRÈCE, PART. II, SECT. III. 333
Quelques années avant la guerre du Pélopo-
nèse, Panénus, frère de Phidias , peignit dans un
portique d’Athènes la bataille de Marathon; et
la surprise des spectateurs fut extrême lorsqu’ils
crurent reconnaître dans ces tableaux les chefs
des deux armées T. Il surpassa ceux qui l’avaient
devancé , et fut presque dans l’instant même
effacé par Polygnote de Thasos, Apollodore d’A-
thènes, Zeuxis d’Héraclée, etParrhasius d’Ephèse.
Polygnote fut le premier qui varia les mouve-
mens du visage, et s’écarta de la manière sèche
et servile de ses prédécesseurs 2 ; le premier en-
core qui embellit les figures de femmes, et les
revêtit de robes brillantes et légères. Ses person-
nages portent l’empreinte de la beauté morale,
dont l’idée était profondément gravée dans son
âme 3. On ne doit pas le blâmer de n’avoir pas
assez diversifié le ton de sa couleur 4 : c’était le
défaut de l’art, qui ne faisait pour ainsi dire que
de naître.
Apollodore eut pour cette partie les ressources
qui manquèrent à Polygnote : il fit un heureux
mélange des ombres et des lumières. Zeuxis aussi-
tôt perfectionna cette découverte; et Apollodore,
1 Plin. lib. 35 , cap. 8 , t. 2 , p. 690. Pausan. lib. 5 , cap. 11 ,
p. 402. — * Plin. ibid. cap. 9. Mém. de l’acad. des bell. lettr. t. 35,
p. 194 et 271.—3 Ai’istot. de rep. lib. 8 , cap. 5 , t. 2 , p. 455 ; id.
de poet. cap. 2 , t. 2, p. 653. — 4 Quintil. lib. 12, cap. 10, p. 743.
loading ...