Barthélemy, Jean Jacques ; Barbié DuBocage, Jean Denis [Editor]
Recueil de cartes géographiques, plans, vues et médailles de l'ancienne Grèce: relatifs au voyage du jeune Anacharsis — Paris, VII [1798/​99]

Page: 45
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/barthelemy1899/0046
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ANALYSE DES CARTES.

45

de la montagne de Saint-Etienne , qui est dans la partie méridionale de l'Ile de
Santorin , autrefois Tliéra, à 2ô.° 9.' 6." de longitude à l'orient du méridien de Paris,
et à 36.° 22.' de latitude V Cette dernière observation est fort différente de celle
que M. Leroi avait faite en 1738 à la pointe la plus méridionale de cette île, et
qui en donnait la latitude à 56.° 29.' 2; mais Ie men suis tenu à la détermination de
M. de Chabert, comme étant liée à d'autres opérations. J'ai simplement assujetti à
cette détermination de M- de Chabert, une carte manuscrite des îles de Santorin,
Nanfio et Stanpalia, levée en i738 par le même M. Leroi 3.

La figure que j'ai donnée aux îles Gyclades est prise, en partie, d'une grande
carte manuscrite des îles de Mélos , Paros, Naxos, et autres voisines , levée en 1 685
par le sieur Razaud, ingénieur, dont j'ai eu communication au Dépôt de la marine,
et que j'ai assujettie aux opérations de M. de Chabert. Pour les autres îles, je me
suis servi des plans dont j'ai parlé dans mon ancienne Analyse +, en les assujettis-
sant également aux opérations de M. de Chabert, ainsi qu'à plusieurs relèvements
faits par différents vaisseaux 5, qui m'ont été aussi communiqués au Dépôt de la ma-
rine. Quant aux côtes de la Grèce et du Péloponèse, j'ai assujetti aux premiers tra-
vaux de M. de Chabert, une carte très-détaillée de la mer Soarnique ou du golfe
d'En«ia, assez bien levée par un pilote nommé Lavalle, que l'on m'a encore commu-
niquée au Dépôt de la marine; et pour tout le reste, je me suis servi des matériaux
que j'ai indiqués dans mon ancienne Analyse 6.

De Mothoné ou Modon, pour parvenir à fixer le reste du Péloponèse, il m'a fallu
arriver jusqu'à Patras , autrefois Patrœ en Achaïe, afin d'avoir une position assez
bien déterminée. Cette ville a été observée en longitude et en latitude par le
C.n Beauchamp 7. Jusqu'à présent je n'ai rien dit des longitudes observées par cet
astronome , dans l'Archipel ou la mer Egée , parce que toutes ces longitudes pa-
raissent être fort en erreur; cependant, il m'a semblé qu'avec une petite correction ,
on pouvait encore les rendre utiles, du moins celles de la partie occidentale de la
Grèce et de la mer Adriatique, ou du golfe de Venise, et je vais entrer en expli-
cation.

Le C.n Beauchamp partit de Venise le 20 mai 1796 pour aller à Constantinople.
Il navigua d'abord le long de la côte de l'Lstrie et de la Dalmatie , et ensuite, tra-
versant le golfe de Venise, il arriva le 3 juin en vue de la ville de Monopoli, dans
le royaume de Naples ; de là il vint descendre le 23 juillet à Corfou, où il resta plu-
sieurs jours , ensuite il mit pied à terre à Patras le 2 2 août, et il arriva à Corinthe
le 26, d'où, par Naples de Romanie et l'Archipel, il se rendit à Constantinople. Il
fit des observations de latitude dans tous ces lieux , et détermina la longitude , par
le moyen de la montre marine; mais toutes ses longitudes sont en excès8. .Nous
avons vu que les observations de M. de Chabert, nous avaient donné lieu de con-
clure la longitude de Corinthe d'une manière assez précise, et nous l'avons fixée à

' Notes manuscrites.

1 Note manuscrite de M. Leroi.

3 V°yez ci-dessus , p. 24.
*Id. ibid.

5 Relèvements manuscrits.

6 Voyez ci-dessus, p. io, n et i3.

' Observ. de Beauchamp , manuscrites.
8 Idem.
loading ...