Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

Blondel, Jacques François
De la distribution des maisons de plaisance et de la décoration des édifices en général (Band 1) — Paris, 1737 [Cicognara, 435A]

DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.2171#0025
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext


-

INTRODUCTION '"'
A L'ARCHITECTURE
ON ne sçauroit douter quei'Architedhirenetienne le
premier rang entre tous les Arts qui sont utiles aux
hommes, & qui servent le plus à leur gloire. L'intention
de sès premiers Inventeurs n'étoit que de sè défendre con-
tre les injures des sàisbns , les bêtes sarouches, & tout ce
qui pou voit leur être nuisible ; ainsi ils ne bâtirent d'abord
que de simples habitations pour s'y retirer avec leurs trou-
peaux.
C'en étoit assèz, si dans la suite on n'eût pas eu d'autre
désir que celui de consèrversà vie & de la rendre tranquil-
le : toute l'Architecture auroit été renfermée dans peu de
principes , & elle n'auroit eu pour objet que la commo-
dité & la sblidité ; mais l'ambition qui porta les hommes
à faire des actions éclatantes, pour s'attirer l'admiration
de leurs voisins, les engagea aulîî de chercher tous les
moyens de transmettre ces mêmes actions à la posterité,
& d'en faire durer long-tems la mémoire. Les grands Prin-
ces ont entretenu des Historiens qu'ils ont conduits avec
eux dans toutes leurs entreprisès ; mais rien n'a plus
contribué à nous faire ,connoître leur magnificence &
leur grandeur que les sùpesbes Temples qu'ils ont éle-
vés à leurs Dieux pour leur rendre grâces de leurs vic-
toires , que leurs Arcs de triomphe, leurs magnifiques
Palais, leurs Théâtres, leurs Amphithéâtres. Je ne parle
point des murs de Babylone, dont on n'a pu admirer
l'Architecture que par rapport alla bonté de leur construc-
tion ; ni des pyramides d'Egypte qui par ce qui nous en
relie après tant de siecles , ne servent seulement qu à nous

ci)
 
Annotationen