Bulletin du Musée National de Varsovie — 21.1980

Page: 99
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bmusvars1980/0109
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Maria Poprzęcka

JÓZEF SIMMLER—UN ACADEMIQUE ROMANTIQUE

En Decembre 1979 fut inauguree au Musee National de Varsovie une exposition de tableaux
de Józef Simmler qui resta ouverte pendant plusieurs mois. Cetait l'exposition monographiąue
successive de tout un cycle presentant de manierę exhaustive l'oeuvre d'artistes particulierc-
ment lies avec la vie culturelle varsovienne au XIXe siecle.

Józef Simmler (1823—1868) est ne et passa la plupart de sa vie a Varsoviex. II etait issu
d'une celebrę familie, active pendant plusieurs generations, d'ebenistes. II initia ses etudes
artistiąues a Varsovie en 1841, qu'il continua a Dresde, Munich et Paris. Malgre de longues
annees d'etudes, Simmler resta en une large mesure un autodidacte, en effet son education
systematiąue ne dura qu'une annee dans 1'atelier de Bendemann a Dresde. En 1849 il s'etablit
definitivement a Varsovie, acąuerant rapidement une position de portraitiste en vogue aussi
bien dans les spheres aristocratiques que bourgeoises varsoviennes. On rangę parmi les plus
celebres portraits par Simmler celui de la poetesse Deotyma (1855), d'Elżbieta Duschek nee
Korczek (vers 1855), de Karol Malcz (1860), Julia Bock (1861), du colonel Konstanty Fiszer
(1863), de Róża Sobańska (vers 1866—1868), enfin un portrait „allegorique" anonyme: Gen-
tilhomme avec perroąuet (1859). Les portraits formerent le champ d'activite principal de Sim-
mler, mais pas exclusif. En fin des annees cinquante, il commenęa a peindre des tableaux de
sujets historiques, successivement: Catherine Jagellon en prison a Gripsholm (1858), La mort
de Barbara Radziwiłł (1860), ISeducation de Sigismond Augustę (1861), Le serment de ta reine
Jadwiga (1867). Le succes public le plus marquant — aussi bien alors que plus tard — obtint
La mort de Barbara Radziwiłł, presentee en 1861 a 1'Assoeiation Varsovienne d'Encouragement
des Beaux-Arts. Par contrę, le tableau auquel 1'artiste joignait les plus grands espoirs, execute
pour l'Exposition Universelle de Paris, fut Le serment de Jadiviga. Mais il fut rejete par le jury,
ce qui entraina le desespoir de 1'artiste, jouissant jusqu'ici de succes artistiqnes aussi bien que
personnels. La renommee de Simmler fit que dans ses dernieres annees il reęut aussi de nom-
breuses commandes de tableaux religieux. Le plus interessant est un tableau d'autel repre-
sentant le martyre de l'eveque uniate de Połock, Jozafat Kuncewicz, peint en 1861 pour 1'eglise
de Biała Podlaska.

L'exposition actuelle de Simmler ne fut pas la premierę presentation monographique des
ouvrages de 1'artiste. Une fut organisee 1'annee du deces de 1'artiste, deux autres en 1904
et 1924. A 1'occasion de celles-ci on considera Simmler comme un artiste injustement oublie,
eclipse par la renommee des grands tableaux historiques de Jan Matejko et les excellents
portraits de Henryk Rodakowski. On exigeait la reconsideration de sa valeur et du róle de son
oeuvre dans 1'histoire de l'art polonais du XIXe siecle2.

II semble pourtant, malgre ces opinions, que Józef Simmler ne fut pas et n'est pas un per-
sonnage oublie dans l'art polonais du XIXe siecle. II restait une position respectee mais mai
comme des musees et manuels. La sensation de decouverte de cet artiste pouvait decouler
d'une coincidence. L'apogee de l'activite et de la popularite de Simmler fut l'annee 1861, annee
du succes exceptionnel de La mort de Barbara Radziwiłł a l'exposition de Varsovie3. Mais les
annees suivantes virent dans 1'art polonais des evenements qui eclipserent entierement ce suc-
ces: en 1864 la medaille au Salon de Paris pour łes Sermons de Skarga de Matejko, en 1867

1. Des informations biographicpies et bibliographiąues detaillćes sont reunies par T. Jaroszewski, „Wiadomości o życiu
i twórczości Józefa Simmlera", dans: Józef Simmler 1823—1868 (catalogue d'exposition au Musśe National de Varso-
vie). Warszawa, 1979.

2. T. Jaroszyński, „Józef Simmler", Tygodnik Ilustrowany, 1904, repris dans la serie „Nasi malarze", II, Warszawa,
1915, pp. 5—6. M. Kociatkiewiczówna, „Józef Simmler", Przegląd Warszawski, 1924, nos 34—35, p. 41.

99
loading ...