Linant de Bellefonds, Louis Maurice Adolphe
Mémoire sur le lac Moeris: présenté et lu a la Société Égyptienne, le 5 juillet 1842 — Alexandria, 1843

Page: 13
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/linantdebellefonds1843/0017
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
SUR LE LAC MOEIUS. 15

Ilerodote dit que le lac recevait les caux du Nil par un canal; que ces eaux coulaient
pendant six mois dans le lac, et pendant six mois du lac dans le fleuve (1).

Diodore de Sicile rapporte que les debordements n'etant avantageux qu'autant qu'ils
gardaient ime certaine mesure, le lac Mceris donnait un ecoulement aux eaux lorsque
lenr abondance les faisait sejourner Irop long-temps dans les campagnes (2).

Selon Strabon, la grandeur et la profondeur du lac le rendait capable de reccvoir
ilans le temps de rinondation 1'excedent des caux sans dcborder sur les campagnes
habitees et en cidture, et de conserver ainsi que le canal asscz d'eau pour suffire
aux arrosements, lorscpui mcsure que le Nil s'abaissait, lc lac se degorgeait de son
trop plein par l'une et 1'autre emboucbure du canal. A cct cffet on avait joint le
secours dc l'art, cbacunc des boucbes etait fermce par dcs barrieres au moyen des-
quelles les arcbitectes reglaient l'entrec et la sortie de 1'eau (3).

Nous voyons encore dans Ilerodote que le lac se decbargcait dans la Syrte de
Lybie, par un canal soutcrrain : renseignement qu'il tenait, dit-il, des babitants du
pays (4).

Le dcuxieme plateau est a deux metrcs au - dessous du sol du Babr Jousef a Awarat
cl Macta, ct ce dernier point a ete invariable puisque c'est le rochcr; ainsi, toules
les eaux qui auraient pu se trouver dans le lac, au-dessous de ce point, eussent ete
inutiles pour rirrigation et pour completer les crues, puisqu'elles n'auraient pu etre
reversees vers les tcrres d'Egypte par la gorge d'Illaoun : or il n'y a pas eu d'autre
issue pour elles. Les eaux ifiin niveau supcrieur a cc point auraient pu seules servir;
niais alors elles auraienl d'abord recouvcrt tout le plateau N.° 2 pour etre de niveau
avec le sol du Bahr Jouscf, et elles auraient dii s'elever au-dela pour pouvoir ctre
ramcnees vers 1'Egvpte, puisquil est prouve qu'il ne peut avoir eu d'ecoulement vers lcs
terrcs cultivecs par un autrc passage. Le Fayoum n'cut donc ctc cpi'un vastc lac, ct
d'une bauteur cfcau tellc qu'il scrait impossible de concilier avec un pareil etat clc
choscs, 1'exislence des villes nombreuses et considcrables dont les ruines suhsistcnt encore
a Medinct, a Scnnoris, a Sanhour, Medinet Madi, Medinct Nemroud, Talut Casr Rcirouii.
qui sont a ce cpi'il parait du meme temps que Crocodilopolis, ou a peu pres, et cpii toutes
eussent etc sous Feau, si le lac avait cte a la baulcur convcnable et dans ce lieu. 11 est
possible que Ic Fayoum ait presente un pareil pbcnomcnc lors de sa formation, quand les

(1) Hdrodote, Mh. II, rap. i',o.

(1) Diodorc, lil). 1.

(3) Strahon, lib. XVII, pag. 811

('.) Ucradute, lib. II,


loading ...