Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

Morgan, Jacques de [Contr.]
Fouilles a Dahchour: Mars - Juin 1894 — Wien, 1895

DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.4188#0059
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
I!!1

50

FOUILLES A DAHCHOUR.

face septentrionale, à 3im50 des faces orientale et occidentale et à 50™ de la face méridionale. Ce
mur présentait une épaisseur constante de 4™ 20; sa hauteur nous est inconnue.

Cette première enceinte qui délimitait le terrain réservé à la famille royale n'était pas la seule;
au nord était une seconde enceinte distante de la première de i6m et au sud s'étendaient deux
grandes cours sur lesquelles je reviendrai plus tard.

Dans le terrain royal, au nord de la pyramide, s'élevaient quatre mastabas de briques crues,
jadis revêtus de calcaire et dont les ruines ont été retrouvées au cours des fouilles. Au sud se
trouvaient trois monuments du même genre beaucoup plus étendus que ceux du nord. A l'est il
n'a été rencontré que des débris informes de constructions, tandis que l'espace compris entre la
pyramide et son enceinte de l'ouest était absolument vide (fig. 107).

Fouilles à la pyramide septentrionale de briques.

En examinant avec soin les briques dont est construite la pyramide, ainsi que celles qui com-
posent les mastabas de la xne dynastie, j'ai vite reconnu que non seulement elles présentent les
mêmes dimensions, mais aussi qu'elles portent les mêmes marques. Il était aisé de conclure de cette
observation que fort probablement cet ensemble de monuments appartient à la même époque.1

D'un autre côté, les fouilles exécutées par ordre de M. Maspero dans le corps même de la
pyramide avaient démontré qu'il n'existait aucune chambre funéraire dans la construction, et le
sondage que j'avais fait opérer prouvait que jusqu'à 10 mètres environ de profondeur au-dessous
du plan des fondations il n'y avait pas lieu de chercher des substructions. (Voir planches I et II)
Il ne restait donc plus qu'une hypothèse, celle de caveaux creusés dans le rocher à une grande
profondeur au-dessous du sol.

L'entrée des souterrains pouvait être, ou bien une descenderie analogue à celle du Sérapéum
du nouvel empire à Saqqarah, ou bien un simple puits vertical creusé comme le sont ceux des
mastabas voisins. Dans les deux cas je devais rencontrer à la surface du sol sous les sables
meubles du désert les débris extraits des galeries souterraines.

Les puits des mastabas de Dahchour sont toujours entourés des haldes de leur creusement,
fragments de grès tendre entremêlés de bandes d'argile qui correspondent aux divers lits traversés
par le puits.

Au milieu de ces assises friables sont fréquemment de gros nodules de grès siliceux brunâtre.
Ces parties plus dures ont souvent été respectées par les ouvriers qui, en les brisant entièrement,
auraient craint de dégrader les parois de leurs travaux et de causer des éboulements. En compa-
rant des fragments de ces nodules aux débris rapportés par mon sondage au perforateur au centre
de la pyramide j'ai de suite compris que c'est à un noyau siliceux que je devais l'arrêt de mes tré-
pans. Une étude postérieure des terrains me montra que c'est justement à dix mètres environ au-
dessous du sol que se trouve la couche de grès dans laquelle les nodules sont les plus fréquents.

1. Cotes principales de la pyramide du nord. Le zéro étant pris dans la vallée à 750 mètres à l'est du puits des princesses.

Altitude de la pointe de la pyramide avant sa destruction.................. no™ 66

» de la base, surface du sol sous les constructions.................. 32m 90

» de la bouche du puits des princesses......................... 25™ 40

» de la galerie des princesses, étage supérieur.................... i3m 10

» de la crête du plateau sur le bord de la vallée................... 23m go

» du sommet des ruines de la pyramide, état actuel.................. 63m 40

***

M à ces
■tant

.Vautre V*
iale, loutre

nsions

y
if

>0lia

< enceinte; é
virement ces

^ede l'est*

,^bres laissés par
'^Danslecoursdec

^oméedebas-relie
.'^voûtes en arc de (
Lbre des pierre
,fesaris me firent]

:i* à ceux qui ont
fy» jusque là je ne
desmo

ii les ouvriers ren
Itlfii portait encor
*, 1e autre inscrir.

^ reche

^ d'une stè

1 avaient

r01 avait éi

^——
 
Annotationen