Pulgher, D. [Editor]
Les anciennes églises byzantines de Constantinople (Band 1) — Vienne, 1878

Page: 1
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/pulgher1878bd1/0009
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Origine et Progrès du temple Byzantin.

La première nuit que Constantin passa à Byzance, ainsi que
le dit la légende, il lit un rêve très-singulier. Le génie tutélaire de
l’endroit lui apparut sous la forme d’une femme d’un âge avancé
et se transforma tout-à-coup en une florissante jeune fille resplen-
dissante de toutes les beautés de la jeunesse. Alors il lui vint
l’idée de fonder une nouvelle Home à Byzance, qui, en grandeur et en
magnificence, devrait égaler sinon surpasser l’ancienne. A Byzance,
située entre deux mers, je dirais presque sur un pont entre l’Asie
et l’Europe, en commiipication politique et commerciale avec les
régions les plus éloignées de l’empire; sur une terre féconde,
hospitalière, sous l’éclatant azur d’un ciel incomparable; au milieu
des dons les plus riches d’une nature enchanteresse et où les arts
devaient être reçus comme dans leur propre patrie: le nom de Con-
stantin serait inscrit sur mille grandioses monuments. C’est ainsi
que l’orgueuil et la soif de la gloire tirent mettre à Constantin son
grand projet à exécution.

Le transfèrement du siège impérial à Constantinople a été
beaucoup critiqué; plusieurs font trouvé impolitique, car, suivant
divers écrivains, le prestige de Rome fut totalement détruit, ainsi
que tout obstacle à l’invasion des barbares en Occident.

Quoi qu’il en soit, il est certain que longtemps l’empire
romain, à cause de sa vaste étendue même, marchait à grands
pas vers la dissolution. Les abus se multipliaient, principalement
dans les provinces les plus lointaines, où une révolution pouvait
se faire avec succès avant même que la métropole en eût con-
naissance. Chez le citadin, l’amour de la patrie avait fait place à
loading ...