Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Dixieme): La Henriade: Poeme — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90793692]

Page: 340
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd10/0348
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
34° DES D IF F ERE N S GOUTS

MlxA with obdurate pride , and fledfafl hâte.
At once , as sar as angels ken , he vùws
The difmal foliation -U’ajle and vnld :
A dungeon horrible, on ail fides round,
As one great surnace , ssam’d, yct from thofe ssamts
No light, but rather darknefs vifole ,
Serv’d only to difcover , fights of woe ;
Régions os furrow ! doleful shades ! where peace
And reft ean never dwell ! hope never cornes
That cornes to ail ; etc.

,, 11 promené de tons côtés les trilles yeux, dans
„ lesquels sont peints le désespoir et l’horreur, avec
,, l’orgueil et l’irréconciliable haine. Il voit d’un
,, coup d’œil, aussi loin que les regards des chéru-
,, bins peuvent percer, ce séjour épouvantable, ces
,, déserts désolés, ce donjon immense, enssammé
5, comme une fournaise énorme. Mais de enflammes
,, il ne fartait point de lumières , ce font des ténèbres
„ vijibles , qui servent seulement à découvrir des
,, spectacles de désolation , des régions de douleur,
,, dont jamais n’approchent le repos ni la paix , où
,, bonne connaît point l’espérance connue par-tout
„ ailleurs.,,
Antonio de Solis, dans son excellente histoire de la
conquête du Mexique , après avoir dit que l’endroit
où Montezume consultait ses dieux était une large
voûte iouterraine , où de petits soupiraux laissaient
a peine entrer la lumière , ajoute : 0permitian sola-
mente la que bajlava parque fc viefse la ofeuridad: ,, Ou
,, laissaient entrer seulement autant de jour qu’il
;, en fallait pour voir l’obscurité. ,, Ces ténèbres
loading ...