Voltaire ; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Dixieme): La Henriade: Poeme — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90793692]

Page: 203
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd10/0211
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
E T

VARIANTES
DE LA HENRIADE.
NOTES DES EDITEURS
DU CHANT PREMIER.

Ci) Henri iii , roi de France,

l’un des principaux personnages

de ce poëme, y est toujours nommé Valois , nom de la branche royale
dont il était.

(2) Henri III ( Valois") étant duc d’Anjou, avait commandé les armées
de Charles IX Ton frère contre les proteslans, et avait gagné à dix-huit ans
les batailles de Jarnac et de Moncontour.
( 3 ) Le duc d’Anjou fut élu roi de Pologne par les mouvemens que se
donna Jean deMontluc , évêque de Valence , ambassadeur de France en
Pologne ; et Henri n’alla qu’à regret recevoir cette couronne : mais ayant
appris en i$74 la mort de son frère, il ne tarda point à revenir en France-
(4) C’était eux qu’on appelait les mignons de Henri III. Saint-Luc,
Livarot, Villequier , Duguasi et Maugiron eurent part aussi et à sa faveur
et à ses débauches. Il est certain qu'il eut pour Çjaélus une passion capable
des plus grands excès. Dans sa première jeunesse on lui avait déjà
reproché ses goûts; il avait eu une amitié fort équivoque pour ce même
duc de GuiJ'e qu'il fit depuis tuer à Blois. Le docteur Boucher, dans son
livre De jufta Henrici tertii ahdicatione , ose avancer que la haine de
Henri III pour le cardinal de Guife n’avait d’autre fondement que les
refus qu’il en avait esfuyés dans sa jeunesse; mais ce conte ressemble à
toutes les autres calomnies dont le livre de Boucher est rempli.
Henri ZZZmêlaitavec ses mignons la religion à la débauche;.il fesait avec
eux des retraites , des pèlerinages , et se donnait la diseipline. Il institua la
loading ...