Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Vingt-Deuxieme): Précis du siècle de Louis XV. — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90795482]

Page: 256
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd22/0264
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
.256 P O N D 1 C HE RL
à Pondichéri : car l’argent de ses retours était
employé à augmenter ses fonds , à fortifier la ville ,
à l’embellir, à se ménager dans l’Inde des alliés
utiles.
Dupleix homme aulli actif qu’intelligent , et
austi méditatif que laborieux , ayant dirigé long-
temps le comptoir de Chandernagor surie Gange,
dans la fertile et riche province de Bengale, à onze
cents milles de Pondichéri , y avait formé un vaste
établisiement , bâti une ville , équipé quinze vais-
seaux. C’était une conquête de génie et d’mdustrie,
bien préférable à toutes les autres. La compagnie
trouva bon que chaque particulier fît alors le com-
merce pour son propre avantage. L’admini Pirateur
en la servant acquit une immense fortune. Chacun
s’enrichit. Il créa encore un autre établisiement à
Patna, en remontant le Gange jusqu’a trente lieues
de Bénarès, cette antique école des Brachmanes.
Tant de services lui méritèrent le gouvernement
général des établisiemens français à Pondichéri en
1742. Ce fut alors que la guerre s’alluma entre
l’Angleteire et la France. On a déjà remarqué que le
contre-coup de ces guerres se fait toujours sentir aux
extrémités du monde en Asie et en Amérique.
Les Anglais ont à quatre-vingt-dix milles de
Pondichéri la ville de Madrass dans la province
d’Arcate. Cet établisiement est pour l’Angleterre ce
que Pondichéri est pour la France. Ces deux villes
sont rivales ; mais le commerce est si vaste de ce
monde au nôtre , l’industrie européenne est si active ,
si supérieure à celle des Indiens, que ces deux
colonies pouvaient s’enrichir sans se nuire.
Dunleix
loading ...