L' art: revue hebdomadaire illustrée — 1.1875 (Teil 2)

Seite: 27
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1875_2/0036
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
M. BIZET ET « CARMEN ». 27

magne, d'où nous est venu le wagnérisme, fête encore et très-régulièrement Carlo Broschi1, resté
au répertoire de tous ses théâtres; tandis que Richard Wagner lui-même fait le plus grand éloge de
plusieurs opéras d'Auber à peu près oubliés en France, par exemple Lestocq et le Maçon, le théâtre
parisien, où ces ouvrages sont nés, est obligé de les laisser dans ses cartons. Pour répondre aux
exigences du sentiment moderne, il faut qu'il ressuscite Mireille ou qu'il fasse place au balcon de
Jidiette sur la scène de la Fiancée. Il essaye de faire la « part du diable » en remontant Y Ambassadrice ;
mais, malgré la popularité du maître, la tentative n'obtient qu'un médiocre succès, et c'est en vain

M»' GALLI-MaRIE, DANS LE ROLE DE CARMEN. M. BOUHY, DANS LE ROLE D'ESCAMILLO..

Fac-simiSc de croquis par P. Rcnouard.

qu'il invite le public à « repasser, repasser, repasser demain ». Enfin, voulant accommoder son
genre traditionnel aux tendances du goût actuel, l'opéra-comique en est arrivé à Carmen.

Bien que cette partition affecte, non-seulement par son étiquette, mais encore par certaines
allures volontaires ou imposées, par diverses concessions aux plus vénérables habitudes de la maison,
des intentions de retour à une transaction démodée, elle atteste la décadence du genre par les

1. Lu Pan du diable, ainsi appelée en Allemagne du nom du principal personnage.
loading ...