Aguilar y Cuadrado, Raphael
Guadalajara - Alcalá: 48 ilustr. con texto — Barcelona, 1914

Page: 13
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/aguilar_y_cuadrado1914/0015
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile

GUADALAJARA
«
Traduit par M. Emile Bert aux,
Correspondant de T Académie Royale de Saint Ferdinand
et Professeur à l’Université de Paris

L’ASPECT actuel de la ville de Guadalajara ne correspond guère
à la place que cette ville a occupée dans l'histoire.
L’antique Caraca des Romains, conquise par Euric, entra dans le
royaume visigoth et suivit le sort de toute la péninsule, lors de
l’invasion arabe et de la course victorieuse de Muza, après la fatale
journée du Guadalete. Elle fut gouvernée, au temps des Maures, par
de petits souverains, puis par des Walls, qui dépendaient de celui de
Tolède. Alphonse III et Ferdinand I arrivèrent au pied de ses murs,
dans l’élan de la «Reconquête»; enfin, en l’année 1081, Alvar Fañei
de Minaya, un cousin du Cid, mit le siège devant la place avec une
nombreuse armée et la prit le jour de Saint Jean-Baptiste. Le nom
d’Alvar Fanez resta le nom de la porte par laquelle était entré le
vainqueur et l’image du chevalier, armé de pied en cap, monté sur
un cheval caparaçonné et tenant l’épée haute, fut placée dans le
blason de la ville et y figure toujours. Les Maures tentèrent par
deux fois et en pleine paix de surprendre la ville, mais en vain. Gua-
dalaiara, d’abord simple villa, ne reçut qu’au milieu du quinzième
siècle le titre de Ciudad; elle ne cessa de grandir et de prospérer
sous la protection des rois de Castille. Elle n’a cependant gardé
aucun monument de ces rois, qui y firent de nombreux séjours et qui
donnèrent successivement à des reines età des princesses la seigneu-
rie de la ville. Les palais royaux de Guadalaiara n’ont laissé aucune
ruine. La tradition indique seulement l’emplacement où futbâti celui
de D.* Berenguela, mère de Saint Ferdinand, qui après son divorce,
fixa sa résidence à Guadalajara et y vécut longtemps et saintement.
A la mort de Saint Ferdinand, en 1252, la ville fut érigée en seigneu-
rie en faveur du fils du saint roi, D. Fadrique; à la mort de celui-ci,
elle fut de nouveau incorporée au royaume de Castille. Medina
■ 3
loading ...