Aguilar y Cuadrado, Raphael
Guadalajara - Alcalá: 48 ilustr. con texto — Barcelona, 1914

Page: 16
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/aguilar_y_cuadrado1914/0018
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
('Infantado, placés au dessous du sanctuaire, attestent la magnifi-
cence de leur maison.
Le Collège est dans l’ancienne Juiverie. C’est là que, vers 1524,
D.* Brlanda de Mendoza y Luna, fille du second duc de l’infantado,
fonda un couvent sous le vocable de la Pietà. Une muraille qui en-
clôt l’édifice empêche d'admirer, sur la façade de l’église à demi-
ruinée le beau portait à colonnes lombardes et le dais de charpente-
rie précieuse qui abrite un bas-relief de la Vierge des Douleurs. Une
jolie porte de la Renaissance donne accès au cloître où l’on peut
admirer la partie la plus artistique et la plus monumentale de l’édi-
fice. Ce cloître a deux galeries, celle du bas formée par une colon-
nade corinthienne qui soutient l’architrave; celle du haut ornée d’un
parapet ajouré, pareil à la rampe de l’escalier, avec laquelle il com-
pose un ensemble d’une richesse harmonieuse. La Bibliothèque de ce
couvent, qui compte plus de 5000 volumes, conserve, avec une Bible
polyglotte, divers incunables et 10 manuscrits du quinzième siècle
L’église paroissiale de Santa Maria de la Fuente, qui n’a de
remarquable que le style à-demi oriental de ses portes en fer à che-
val, conserve dans son sanctuaire des tombeaux de la famille des
Albornoz, et du côté de l’Evangile, le buste de Juan de Morales, tré-
sorier des Rois Catholiques. Dans la chapelle dite des Cierges se
trouve le tombeau en albâtre du noble fondateur de cette chapelle,
D. Alonso Yáñez de Mendoza, Chantre du Chapitre de Tolède, con-
fesseur de la reine Isabelle la Catholique et confident du cardinal
Mendoza.
Près du palais des ducs de l'Infantado on visite les restes de l’égli-
se de Santiago, horriblement mutilée dans une des percées de la
ville, au méptis de son antiquité et des traditions qui rappelaient la
mosquée dont l’église avait pris la place et les sept portes de l’édi-
fice, par lesquelles étaient entrés, dit-on, les sept infants de Lara.
L’église de San Gil conserve le porche sous lequel le Conseil
tenait ses assemblées. Dans l’église de San Ginés, hors de la ville,
on peut admirer, à droite et à gauche du choeur, des tombeaux de
la Renaissance, en albâtre, avec les statues agenouillées des fonda-
teurs du monastère de Benalaque, D. Pedro Hurtado de Mendoza,
fils du Marquis de Santillana, et celle de sa seconde femme doña
Juana de Valencia, dame d’honneur de la reine Isabelle. Dans les
deux premières chapelles latérales sont déposés les restes du pre-
mier Comte de Tendilla, D. Iñigo López de Mendoza et de sa femme
D.* Elvira.
L’église de la Antigua est une de celles qui, d’après les ancien-
nes chroniques, resta ouverte au culte chrétien après la prise de
Guadalajara par les Arabes.
loading ...